Comment construire et gérer son aquarium récifal

Citation : Construire son premier aquarium d'eau de mer n'est pas chose facile, voila pourquoi j'ai écrit cet article. Il a pour but de vous aider dans les achats du matériel, dans la construct...

Catégorie de l'article: Récifal

Construire son premier aquarium d'eau de mer n'est pas chose facile, voila pourquoi j'ai écrit cet article. Il a pour but de vous aider dans les achats du matériel, dans la construction de l'aquarium, et dans la maintenance des paramètres nécessaires aux animaux.
Cet article développe uniquement la méthode berlinoise et le bac récifal.

I) Préambule

II) Introduction
    a) Le matériel
    b) Les paramètres de l'eau
III) Le matériel
    a) Pierres vivantes
    b) L'écumeur
    c) L'osmoseur
    d) L'éclairage
    e) La décante
    f) RAC
    g) RAH
    h) RAZ
    i) filtre à lit fluidisé
    j) L'osmolateur
    k) Le brassage
    l) Le substrat
IV) Les paramètres de l'eau, débuter et maintenir
    a) Les tests nécessaires
    b) Buffer
    c) La salinité
    d) KH
    e) PH
    f) Magnesium
    g) Calcium
    h) NO2, NO3, PO4 : les solutions
    i) Les autres paramètres et additifs
V) Mise en eau et préparation de votre bac
    a) Préparation de l'eau
    b) Les pierres vivantes
      1) Nettoyage et introduction
      2) Les indésirables
    c) Introduction des premiers habitants
    e) Ne les achetez pas
    f) la nourriture
I.

Préambule

La méthode berlinoise repose sur l'association de deux éléments : les pierres vivantes et l'écumeur, qui on pour but de retirer les polluants de l'eau. Il existe bien d'autres méthodes, la plus connu étant la méthode Jaubert dont la filtration s'effectue grâce à un " plenum ", et du sable vivant.
Le bac récifal contient bien entendu des poissons, mais aussi des invertébrés et des coraux mous, des durs LPS (larges polypes) et SPS (petits polypes). Vous avez néanmoins le choix entre bac récifal à dominance mous ou durs.
La également, il existe d'autres techniques comme le fish only (FO), qui correspond a un bac n'abritant que des poissons. Ce type de maintenance ne sera pas non plus développé.

Avant de vous lancer dans l'aventure, il faut quand même avoir un budget conséquent, comptez au minimum avec du neuf, 15 euros au litre. Il faut donc être sur de pouvoir arriver au bout. L'achat de matériel ne pouvant pas être, même partiellement, différé.

L'article est écrit de la façon la plus simple c'est-à-dire sans parsemer partout des équations chimiques et de lois de physique, qui de toute façon ne sont pas vraiment nécessaires du moment que vous respectez les conseils.

Si vous souhaitez vous lancer dans un bac d'eau de mer lisez bien la totalité du texte sans quoi vous risquez de passer à coté de choses importantes.

Poisson récifal Synchiropus splendidus
Photo de Samuelguy


II.

Introduction

    a) le matériel


L'aquarium récifal nécessite beaucoup de matériel qui a pour but la viabilité du bac. Il ne faut pas économiser sur celui-ci. Petit passage en revue du matériel, qui sera détaillé plus tard :
Les pierres vivantes, elles ne sont pas à proprement parler du matériel, mais étant donné leur extrême nécessité dans l'aquarium, nous pouvons les classer en tant que tel.

L'écumeur retirera une partie des polluant de l'eau, et évitera d'avoir une poussée de nitrates et de phosphates.

L'osmoseur servira à avoir une eau exempte de nitrates, phosphates et d'autres polluant. Il est absolument, plus que nécessaire d'utiliser uniquement de l'eau osmosée pour ne pas voir le bac péricliter avec le temps.

Le TDS mètre portable ou relié à l’osmoseur, indispensable pour mesurer la qualité de votre eau en sortie d’osmoseur. Cet appareil, vous renseignera sur le moment de changer vos résines (+/-3mois), vos prés filtres (+/-6mois) et votre membrane (1 an) L’index a retenir est le 0PPM au TDS mètre

L'éclairage dépendra avant tout des dimensions de votre bac et des animaux que vous voulez y maintenir.

La décante est un élément important, elle servira d'une part de cuve technique pour y placer votre écumeur et les autres appareils tel que l'osmolateur, l'écumeur, le chauffage, les support résines et autres, mais elle épurera aussi l'eau des sédiments qu'elle contient.

L'osmolateur est un appareil indispensable qui permet de compléter l'évaporation d'eau via une réserve d'eau osmosée. En effet, seul l'eau s'évapore et pas le sel. Le vivant n'aime pas les différences de salinité.

Si vous maintenez des animaux tels que les coraux durs, les taux de calcium, magnésium et le KH chuterons rapidement, il y a donc possibilité d'utiliser un Réacteur à Calcium ou un réacteur à Calcaire pour maintenir le taux de calcium et le KH dans les normes.

Le brassage est également un élément essentiel, il contribue a oxygéner l'eau pour le maintien du vivant, supprime le film gras de la surface et également permettra aux sédiments d'être envoyé vers la décante, et de ne pas avoir de zones mortes ou il y aurait une grosse concentration de polluants.

    b) Les paramètres de l'eau


A la mise en eau de votre bac il faudra amener différentiels paramètres à une valeur optimale.

Bien après la mise en eau certains paramètres peuvent devenir défavorables, le NO3, les PO4 ou pH ou diminuer naturellement ; c'est par exemple le cas du calcium, magnésium et KH qui seront consommés par les coraux durs et par les algues coralines.

Photo d'une anémone de mer
Photo de Berny


III.

Matériel

    a) Les pierres vivantes


Les pierres vivantes de bonne souche sont de pierres formées des squelettes de coraux colonisés par des bactéries. Elles sont essentielles pour le maintien de l'aquarium.

Voici le fonctionnement de ces pierres, ou le fameux cycle de l'azote

Au départ, les déchets proviennent d’éléments morts pendant le transport, comme des éponges, des algues, des crabes, des vers etc… d’où la poussée de nitrites ou NO2 qui sont très toxiques même à de faibles concentrations.

Par la suite, les déchets du vivant introduit, des restes de nourriture provoqueront une montée de nitrates ou NO3, aussi préjudiciables à certains coraux Heureusement pour nous et nos animaux, des bactéries tirent profit de l'ammonium et en retirent ce qui leur est nécessaire pour leur propre métabolisme. Ici aussi, l'oxygénation de l’eau entre en jeu.

En résumé : les bactéries aérobies (qui ont besoin de l'oxygène dissous dans l'eau) dégradent l'ammonium en nitrites puis en nitrates.

Ces nitrates peuvent être utilisés à leur tour par les bactéries anaérobies facultatives. Pourquoi "facultatives" ? Parce qu'elles sont également capables d'utiliser l'oxygène dissous dans l'eau mais ne commencent à dégrader les nitrates pour en retirer l'oxygène nécessaire à leur respiration cellulaire que lorsque l'oxygène se raréfie dans l'eau....C'est-à-dire dans les "profondeurs" des pierres vivantes,ou sous une importante couche de sable, là où le milieu est anaérobie...

On pourrait simplifier ça en disant que plus l'eau pénètre dans la pierre (poreuse) ou sous le sable par exemple, plus l'oxygène qui y est dissous est consommé par les bactéries et animaux qui y vivent. Donc plus on avance dans les couches, moins il y a d'oxygène et plus les bactéries vont utiliser les nitrates...

Finalement les nitrates sont donc consommés en totalité (enfin ça c'est en théorie dans un bac parfaitement aménagé), et l'eau est épurée de nitrates.

Choisir vos pierres vivantes : le pierres vivantes doivent être poreuses au maximum, afin que l'eau puisse bien y circuler et que la colonisation puisse se faire en profondeur.

Les meilleurs provenances sont sans aucun doutes l'Indonésie, les îles Fidji et les caraïbes, mais ce n'est pas nécessairement parce qu'elle viennent de ces zones la qu'elles seront de bonne qualité. Elles doivent être exemptes d'aïptasia, valonia …

En revanche les pierres méditerranéennes, de mer rouge ou d'Égypte sont de façon systématique de mauvaise qualité et a proscrire.

L'importation des pierres indonésiennes est soumise à un numéro CITES, il s'agit d'un numéro qui autorise l'exploitant à prélever des pierres de la mer et à les exporter.
Si pas il n'y a pas du numéro CITES, il s’agit quant même de pierres valables, sauf qu’elles n’ont pas été arrachées aux récifs, mais bien prélevées et colonisées dans les lagons en vue de la vente. En bref le récif n’est pas détruit suite au prélèvement des pierres

Les pierres doivent êtres fraîches, la meilleur solution est de passé par un société qui vous les vends venant directement d'Indonésie sans avoir transité dans des aquariums en Europe.

    b) L'écumeur


Un écumeur pour aquarium récifal L'écumeur joue un rôle essentiel dans la filtration du système berlinois. Il est chargé de l'épuration par extraction mécanique d'une partie des déchets polluants.

Pour ce faire il mélange énergiquement l'eau et l'air, ce qui a pour finalité de créer de l'écume qui est récupéré dans une coupelle, qui sera vidée et jetée.

Il élimine de l'eau les acides aminés, protéines, la cellulose, les graisses, les composés phénoliques.

On voit rapidement qu'un écumeur est surpassé par un accroissement des taux de nitrates et phosphates, il est donc nécessaire de prendre un modèle adapté.
On considère qu’il faut diviser par 2 ce qui est préconisé par la grande majorité des constructeurs concernant la capacité. ex : prévu pour bac de 500l = donc valable pour un bac de 250 litres.
Bien sur ce calcul est fait pour un bac normalement chargé en poissons et coraux.

Il en existe plusieurs marques et modèles, chacun étant adapté a un volume.

    c) L'osmoseur


L'osmoseur, n'est plus vraiment a présenté, beaucoup de gens utilisent aujourd'hui de l'eau osmosée. Le plus souvent, pour obtenir le 0 ppm recherché (0 particule) l’ajout d’une cartouche de déionisation s’avère indispensable, la membrane n’assurant pas a elle seule la rétention de toutes les particules. Il faut éviter d'utiliser l'eau d’animalerie qui est très rarement de qualité suffisante.

Il est nécessaire d'utiliser de l'eau osmosée de grande qualité sans quoi vous allez introduire des particules néfastes dés le commencement du bac, ce qui n'est pas très bon pour la suite.

    d) L'éclairage


L'éclairage est très important, et il dépend des animaux que vous voulez maintenir.

Étant donné que cet article parle de l'aquarium récifal, venons en tout de suite aux faits : l'éclairage peut se faire par des HQI+T5, par des T5 ou par des leds.

De façon générale, plus la température de couleur augmente (elle s'exprime en degrés Kelvin) plus la lumière que génère l'ampoule est bleutée.

En récifal on utilise des ampoules de 6500k à 20000°K.

La puissance de l’éclairage, exprimée en Watts dépendra de la dimension de votre bac.

La lumière 6500K est très blanche. Les ampoules 14000K peuvent avoir une lumière allant du blanc légèrement bleuté, à un bleu très voyant, ceci dépend de la marque de l'ampoule, toute les marques n'ayant pas le même rendu. Les ampoules 20000K donnent une lumière vraiment très bleue.

Il est intéressant de mélanger plusieurs températures de couleur, le bleu donne une couleur naturelle à l'aquarium.

Essayez d'avoir 1W/L d'eau, c'est un bon quota pour l’éclairage en HQI et/ou T5, ce ratio tombe à ¾ de W/L pour l'éclairage LED. L'intérêt des LEDs : consommation électrique plus faible, moins d’échauffement, longévité grandement accrue, mais plus coûteux a l’achat.

S'il est nécessaire d'utiliser un très bon éclairage, c'est pour des raisons logiques : les coraux durs sont symbiotiques (du moins ceux que l'on peu maintenir correctement en aquarium). Ils sont constitués de polypes, animaux vivants invertébrés, ainsi que d'algues appelées zooxantelles. Ces algues symbiotiques fournissent la nourriture dont les coraux ont besoin pour survivre. Pour se développer cette algues utilise la photosynthèse. Les algues symbiotiques des coraux durs sont très gourmandes en lumière, d'où l'utilisation de lampes puissantes ; les lampes HQI

Les tubes T5 pourront éventuellement êtres utilisés à condition que les coraux soient proches de la surface, et un contingent de 1,5W/L est vivement recommandable. Sur un bac de moins de 30cm de profondeur, c'est même l'idéal, et vous pourrez quand même maintenir des coraux durs, ils doivent juste être proches de la surface.

    e) La décante


La décante est un élément nécessaire à un vrai bac récifal.

Son but est de pouvoir placer le matériel, tel que l'écumeur, le RAC, RAH, filtre à lit fluidisé, chauffage et d'accroitre le volume d'eau dans l'aquarium.

Idéalement, elle est cachée en dessous du bac car elle est inesthétique.

L'eau du bac doit couler dans la décante via un trop plein, l'eau est épurée dans la décante par l'écumeur puis renvoyée dans l'aquarium grâce à une pompe de remontée.

Le nom de " décante " vient du fait que les sédiments peuvent décanter dedans, c'est-à-dire tomber au fond pour pouvoir être récupérés par l'écumeur.

Un micron bac (sac en tissus qui a des mailles très fines 10 - 25 ou 50 microns) peut être fixé sur le tuyau de descente de l'eau du bac principal et ainsi retenir les sédiments. Il doit-être vidé une à deux fois par semaine, sans quoi il serai un nid d'indésirables. De la même façon, un morceau de perlon, rincé à l'eau tiède peut-être mis sous la descente et également changé 1 à 2 fois par semaine mais il ne sera jamais réutilisé.

Voyons une décante simple schématisée :

décantation dans un aquarium récifal


Il est important de ne pas mettre de masses de filtration dans la décante (donc pas de mousse bleue, pas de nouilles ou de bioballs). En effet l'épuration de l'eau d'un aquarium d'eau de mer ne se passe pas comme celui d'un aquarium d'eau douce : elle se réalise grâce aux pierres vivantes.

En mettant des masses de filtration classiques vous créez un support pour les bactéries aérobies qui vont coloniser et dégrader les nitrites en nitrates et qui entreront en concurrence avec les pierres vivantes. Finalement, elles seront débordées et ne pourront plus dégrader tous les nitrates qui sont dans l'eau, d'où une augmentation de la concentration des nitrates NO3.

f) Le RAC

Le RAC sert à maintenir le taux de calcium et le KH qui tend a diminué dans l'aquarium.

Pour le faire fonctionner il faut trois éléments : un réacteur (tube de PVC) qu'on rempli d'un substrat calcaire qui sera dissout grâce a un système d'injection de CO2 complet (bouteille sous pression de CO2, électrovanne et station de contrôle).

Le meilleur des substrats que l'on puisse trouver est l'aragonite, puisqu'il se dissout de façon correcte à un PH inférieur à 7, alors que les autres ne sont dissous que pour un PH en dessous de 6,5.

L'injection du CO2 peut se traduire par les équations suivantes :

Réaction avec l'eau :
CO2 + H2O <--> H2CO3, on a donc formation d'acide carbonique par l'injection de CO2.
Réaction avec le calcaire :
CaCO3 + H2O + CO2 --> Ca++ + 2 HCO3-
Puis :
CaCO3 + HCO3- + H+ --> Ca++ + 2 HCO3-

La formation d'acide dû à l'injection de CO2 est donc partiellement neutralisée lors de sa réaction avec le calcaire.

L'analyse des équations chimiques montre donc qu'avec l'injection de CO2 dans le réacteur, il y a d'abord formation d'acide, puis d'ions calcium, ce qui explique que le taux de calcium va remonter. Mais il y a aussi formation de bicarbonates, ce qui implique une augmentation du KH.

L'utilisation d'un RAC est cependant compliquée, il vaut mieux réserver cela aux aquariophiles expérimentés (qui savent contrôler le PH, le KH et le Ca) car il est bien souvent la source d'une diminution du PH (puisqu'il y a création d'acide) ; ont peut dire que la quasi totalité des aquariums équipés d'un RAC et qui ont un PH trop bas doivent leur problèmes à un mauvais réglage de celui-ci. Le RAC mal réglé peut aussi être source d'une augmentation trop forte du KH. Cependant, les bacs nécessitant un RAC sont en général âgés d'au moins un an (âge à partir duquel un bac devient chargé en durs), car seul les coraux durs sont de réels consommateurs de calcium. Avant d'avoir un bac chargé en durs, il est tout a fait possible de compléter le manque de Ca à la main. Le RAC se place dans la décante, avant l'écumeur de préférence

g) Le RAH

Le RAH est un réacteur à hydroxyde de calcium.
Il s'agit de remplir un réacteur avec une solution d'hydroxyde de sodium (ou eau de chaux).
La solution d'hydroxyde est régulièrement brassée à l'intérieur du réacteur, celui-ci siphonne doucement la réserve d'eau osmosée (il peu aussi se brancher sur l'osmolateur). L'eau chargée en hydroxyde de calcium se déverse dans le bac pour compléter l'évaporation. La sortie doit s'effectuer à un endroit bien brasser. En complément de l'évaporation, il y a donc en même temps ajout de calcium qui contribue à maintenir le bon taux de Ca.

Il s'agit de la meilleure solution pour compléter le manque de calcium.
Lors de l'injection de la solution dans l'aquarium il y a formation de carbonates et de bicarbonates a cause du CO2 contenu dans l'eau. Il faut noter que ces bicarbonates n'augmenteront pas le pouvoir tampon de l'eau (KH)
Il est important qu'il y ait du CO2 dans l'eau sinon le calcium injecté trop rapidement précipitera. Il est souhaitable de faire l'injection de CO2 peu avant l'allumage de l'éclairage.
L'injection de CO2 augmentera aussi fortement le pH. C'est bien, mais il ne faut pas l'utiliser pour cela, et il faut donc surveiller le PH (ne pas dépasser 8,6).
Il s'agit d'une méthode pratiquement parfaite pour maintenir sont taux de calcium, et cette méthode est suffisante si l'on ne conserve que des coraux mous.

La solution se prépare toujours à base d'eau osmosée. Entre autre, l'utilisation d'un RAH réduit aussi les phosphates.

h) RAZ

Le réacteur à zéolithe est l'élément maître du système Zeovit. Il s'agit d'un réacteur dans lequel on met de la zéolithe ; il s'agit d'une pierre géologiquement ressemblante a du feldspath. Tous les jours on ajoute quelques produits de la marque Zeovit dans le réacteur.
Cela à pour but de faire " pousser " des bactéries sur la Zeolith. Ainsi, tous les jours en remuant le réacteur vous envoyez ces bactéries dans le bac qui nourrissent les polypes des coraux. Il en résulte une croissance plus rapide et des couleurs beaucoup plus éclatantes.
Il ne faut pas utiliser ce système si vous n'êtes pas expérimenté, il est déjà à la source de nombreux " plantage de bac " car la moindre erreur est fatale.
Utiliser uniquement la Zeolith, quand les autres produits ne donne pas de bons résultats sur les nitrates et phosphates.

i) Le filtre à lit fluidisé

Il s'agit d'un tube muni d'une pompe ou l'eau entre et passe par la résine que vous avez ajouté (anti-phosphates, bio pellets, etc.)

j) l'osmolateur

Le bac sera une source d'évaporation. Or c'est uniquement l'eau qui s'échappe, le sel reste dans le bac. Ce qui aboutit à une augmentation de la concentration en sel : la salinité de l'aquarium augmente. Cette hausse de la salinité est relativement dangereuse pour les habitants du bac.
Il est difficile de combler plusieurs fois par jour l'évaporation à la main. Il est indispensable que celle-ci soit complété très régulièrement et automatiquement.
C'est pour cela qu'il existe l'osmolateur.
Il s'agit d'un petit appareil équipé d'un capteur de niveau et d'une pompe.
Le capteur de niveau est placé dans la décante, et la pompe dans une réserve d'eau osmosée (qui peut être un seau ou une cuve).
Lorsqu'il y a évaporation, le niveau d'eau dans la décante va diminuer. Cette diminution sera constatée par le capteur et l'appareil commandera l'enclenchement de la pompe dans la réserve d'eau osmosée. Ainsi l'évaporation sera complétée automatiquement.

k) Le brassage

pompe de brassage Il s'agit également d'un points important de l'aquarium d'eau de mer. On peut distinguer le brassage interne du brassage de surface.

Commençons par le brassage interne :
Les pierres vivantes du bac vont " cracher " des sédiments, beaucoup au début et un peu moins par la suite. Ces sédiments sont polluants et sont sources de nitrates et phosphates. Il faut donc les éliminer, mais pour cela il faut qu'ils passent par le trop plein, pour finir sur le perlon ou le micron bag. Le brassage a donc pour but de remuer les sédiments, afin qu'ils ne se déposent pas au fond de l'aquarium en le polluant. Il homogénéisera aussi la température, et aidera les coraux à se débarrasser de leur mucus.
Pour ce faire, le brassage doit être puissant et efficace. On parle généralement d'un ratio de 30 fois le volume brut de l'aquarium en L/h (par ex. si votre aquarium fait 100l brut, il faudra avoir un brassage total de 3000 L/h), mais on peu aller beaucoup plus loin.
Plus il y a de sources de brassage, et donc plus il y de pompes, mieux c'est pour l'aquarium.
Il vaut mieux utiliser trois petites pompes de 300L/h q'une seule de 1000L/h.
Il ne doit pas y avoir de zone " morte " non brassée. Le brassage interne doit se faire avec des pompes à flux large non cisaillant (Tunze, Marea, Korallia). D'autres pompes risquent d'infliger des NRT (Nécrose Rapide des Tissus) aux invertébrés exposés au flux directement, ou de les blesser.
Le flux de la pompe sera idéalement dirigé vers une vitre.

Exemple de brassage, bac vu du haut :

schéma de brassage d'un aquarium


Certaines pompes (Tunze, Vortech) possèdent des fonctions particulières via un programmateur.
Leur efficacité s'en trouve décuplée.
Exemple :
- Fonction pulse, ou chaque pompe s'allume alternativement, avec des cycles allant en général de 1 à 6 secondes
- Fonction marée, ou chaque pompe s'allume alternativement, avec des cycles de 6h15
- Fonction houle, ou chaque pompe fonctionne avec un mode aléatoire.


Voyons maintenant le brassage de surface.
Son but est d'oxygénée l'eau au maximum, en éliminant le plus possible le CO2 qui tend a faire diminuer le PH.

l) Le substrat

En eau de mer il y a la choix d'en mettre ou pas. Un vrai récifal aura un substrat, si on choisi de ne pas en mettre on parle alors de " bar bottom ".
A long terme le sable risque d'apporter des ennuis car il finira un jour ou l'autre par recracher tous les sédiments et phosphates qu'il a accumulé au long du temps.
Un aquarium sans sable est cependant comme un hiver sans neige, on a l'impression qu'il manque quelque chose. De plus, ce n'est pas vraiment beau de voir la planche en dessous du bac, et un substrat et nécessaire à la survie de certains animaux fouisseurs.
Prendre du sable de corail (corail concassé) conviendra très bien.
Le sable basique type quartz peut aussi être utilisé. Il sera rincé plusieurs fois à l'eau du robinet et la dernière fois à l'eau osmosée.
Il sera mis en place le dernier dans le cycle d'installation de l'aquarium, après les poissons et les coraux durs, plusieurs mois après la mise en eau et certainement lorsque les PV ne sédimenteront plus.

Exemple aquarium récifal
Photo de Hideki


IV.

Les paramètres de l'eau, débuter et maintenir

a) Les tests nécessaires

Comme les aquariums d'eau douce, l'eau de mer nécessite des tests appropriés afin de pouvoir vérifier la santé de vos aquariums.

Voici les paramètres les plus importants de l'aquarium qu'il faut pouvoir relever via des tests ou du matériel et les valeurs qui doivent impérativement y êtres associées (sortir des intervalles met le bac grandement en danger) :

Type de TESTMinimumOptimumMaximum
pH7,88,28,6
KH56.5 - 812
Densité102410251026
Calcium Ca380 mg/l420470
Magnésium Mg1000 mg/l13001400
Température °C242627
Nitrites NO2000
Nitrates NO300 - 5 mg/l15
Phosphates PO4000,05 mg/l
Ammoniac NH3000
Cuivre000


NB : à partir de 32° les coraux durs expulsent leur zooxanthelles, ce qui aboutit à une mort certaine.
La présence de cuivre décime les invertébrés même en faible quantités. Il y a souvent du cuivre dans les médicaments donc prudence.
La présence d'ammoniac NH3 décime les habitant de l'aquarium, même s'il n'est présent qu'en petite quantité.
Avant de lancer un bac, achetez absolument les tests et le matériel nécessaire pour relever ces données. Tests pour eau de mer, une référence qualité - prix - fiabilité est la marque Salifert.

b) Le buffer

Le buffer est une poudre qui augmente le pouvoir tampon de l'eau, donc le KH.
Il s'agit la de la technique de maintient du KH.
Ces buffers sont disponibles dans le commerce, mais vous pouvez vous en fabriquer un maison, cela vous reviendra beaucoup moins cher.
Préférez néanmoins les poudres achetées en pharmacie qui sont d'une qualité dite officinale.
Voici ma recette :
  • 100 g de bicarbonate de sodium NaHCO3
  • 20 g de carbonate de sodium Na2CO3
  • 3 g de borate de sodium Na2BO3.
Avec le temps le KH va naturellement chuter.
Afin d'y remédier vérifiez souvent ce paramètre et rajoutez du Buffer si besoin (cependant si vous avez un RAC il devrait suffire pour augmenter le KH de façon satisfaisante)

c) La salinité

En aquarium la salinité se mesure par la densité, en effet pour contrôler la salinité il faut utiliser un réfractomètre ATC.
Le densimètre en verre est un tube qui flotte sur lequel on peu lire la densité, dont la fiabilité n'est pas assurée.

Rapport densité /salinité

DENSITESALINITE CORRESPONDANTE (g/L de sel sec)
102028,7
102130
102231,4
102332,6
102434
102535,2
102636,5
Attention lors de la pesée du sel car le sel du commerce est humide, et par conséquent la masse pesée correspond à du sel NaCl + de l'eau.

La salinité est importante, mais il s'agit d'un paramètre très facile à contrôler.

d) KH

Le KH est facile à contrôler. Il ne peut pas augmenter tout seul. Il peut diminuer par consommation des carbonates.
Si vous avez un RAC, il compensera tout seul la consommation (à condition d'être bien réglé !)
Si vous n'avez pas de RAC vérifiez le KH régulièrement et s'il est aux alentours de 6 - 7 rajoutez du buffer pour le remonter.

e) pH

Le pH est bien souvent la source d'ennuis.
Il peut être soit trop haut (8,6 ou plus) en général a la fin de la période d'éclairage, soit trop bas (7,8 ou moins) peu avant l'allumage de l'éclairage.
Dans le cas où il serait trop haut, fait plus que rarissime il est possible de le diminuer avec du CO2.
En général le pH est trop bas. Il s'agit surtout du moment qui précède de peu la mise en route de l'éclairage. Ceci se répète dans les aquariums chargés en coraux ou en algues, à cause de la photosynthèse.
On trouve également ce problème dans les bacs équipés de RAC. Si vous avez un RAC la première chose à faire est de vérifier le réglage du RAC, surtout au niveau de la diffusion de CO2 qui n'est pas dissout totalement et qui acidifie l'eau.
Ensuite ce problème peut être tempéré lorsqu'on a une surface air/eau importante. Ainsi l'évacuation du CO2 est facilitée et l'oxygénation du bac est plus importante.
Rappelons que plus il y a de CO2 plus le pH est bas et plus il y a d'oxygène plus le pH est élevé. On a donc tout intérêt à avoir un bac fortement oxygéné.
Les pompes de brassage de surface y contribuent largement car elles remuent la surface et facilite l'oxygénation de l'eau.
Un problème de pH trop bas peut souvent être réglé avec des pompes à tête motrice qui assurent le brassage de surface.

f) Le Magnésium

Il s'agit d'un paramètre critique de l'eau de mer.
Le taux de magnésium est intimement lié au KH et au calcium.
Ce taux ne doit jamais descendre en dessous de 1000 mg/l il faudra donc le surveiller souvent. Ce taux ne peut pas monter au dessus de la limite (ou du moins pas sans erreur de votre part, il faut donc juste surveiller le seuil minimal.
Si celui-ci est franchit, il vous suffit d'utiliser un additif déjà préparé ou de la faire vous même. Voici la formule :
8 g de chlorure de magnésium hexahydraté + 1 g de sulfates de magnésium heptahydraté.
Ainsi vous ajoutez 1g de magnésium pur.
La croissance ralentie ou le blanchiment des algues calcaires corallines est un symptôme d'un manque de magnésium.
Attention, car pour pouvoir ajouter du calcium il faut qu'il y ait suffisamment de magnésium. S'il n'y a pas assez de magnésium la calcium va précipiter (dépôt blanchâtre au fond de l'aquarium), et ainsi le taux de calcium va également chuter.

g) Le calcium

Le calcium est très important pour la vie des invertébrés, des poissons et de tous les autres animaux marins.
Cependant seulement les coraux, les corallines et d'autres invertébrés le consomme.
Sauf erreur de votre part il ne montera pas au dessus du seuil limite. A l'inverse comme il est consommé il pourra rapidement chuter en dessous du seuil normal.
Avant d'ajouter du calcium il est nécessaire de vérifier et rectifier le taux de magnésium, et ce pour les raisons citées ci-dessus.
L'ajout peut de faire soit par un RAC ou un RAH, ces méthodes on déjà été détaillées.
S'il s'agit d'un gros bac chargé en durs il est indispensable de passer soit par un RAC, soit par un RAH voir les deux.

Lorsqu'il s'agit d'un petit bac ou bac jeune sans trop de coraux on peut le compléter à la main grâce à des additifs du commerce ou avec la formule suivante :
Diluer 30 g de CaCl2 dans 100 ml d'eau osmosée. Vous aurez alors 8 g de calcium.

Il est à noter que les sels synthétiques pour aquariums contiennent aussi du calcium et du magnésium. Il est donc possible pendant un certain temps de compléter les carences en calcium et magnésium juste avec des changements d'eau.
Au démarrage et pendant un certain temps, il ne faut pas introduire de sel enrichi.

h) NO2, NO3, PO4 : les solutions

Les nitrites arrivent pendant la période d'acclimatation des pierres. En dehors de ça ils n'apparaissent (pratiquement) jamais. On ne peut donc pas vraiment parler de problème. Il faut attendre qu'il soit à 0 pour commencer à introduire du vivant.

Les nitrates sont par contre beaucoup plus récurrents. Voici les solutions pour ne pas en avoir (ou en tout cas pas de trop) :
  • N'utilisez jamais de masses de filtration mécanique ou biologique type mousse bleue, nouilles, bioballs ... Celles-ci entreraient en concurrence avec les pierres vivantes et produiraient plus de nitrates que les pierres ne peuvent en traiter,
  • Achetez suffisamment de pierres vivantes. Ce sont elles qui détruisent les nitrates, s'il n'y en a pas assez il y aura donc des nitrates. Un ratio de 10 à 20 % est préconisé,
  • Achetez un écumeur adapté à votre volume, un écumeur trop faible est source de nitrates et de phosphates,
  • Ne nourrissez pas excessivement vos animaux. Ils doivent manger, mais pas trop !
  • Ne laissez pas les algues corallines se développer excessivement. Elles obstruent les pores des pierres et ainsi la circulation de l'eau à l'intérieur de celles-ci qui s'en trouve altérée. Un oursin en fera son affaire !
  • Si besoin utilisez une résine anti-nitrates, par exemple dans un filtre à lit fluidisé (FLF).

Les phosphates constituent également un problème récurrent. Voila de solutions pour les limiter :
  • Ayez une décantation efficace. Les sédiments sont source de phosphates, attention au substrat,
  • Achetez un écumeur adapté à votre volume, un écumeur trop faible est source de nitrates et de phosphates,
  • Si besoin utilisez une résine anti-phosphates, par exemple dans un filtre à lit fluidisé (FLF).


Amphiprion ocellaris : poissons clown
Photo de Samuelguy


V.

Mise en eau et préparation de votre bac

a) Préparation de l'eau

Vous avez acheté votre bac, préparé la décantation ou cuve technique, la cuve est alors prête à être mise en eau.
Remplissez-la d'eau osmosée, mettez les pompes de brassage et tout le système en fonctionnement (écumeur, pompe de remontée).
Mettez le sel à l'intérieur. Dans un premier temps, le sel aura du mal à se dissoudre et une petite quantitée se déposera au fond. Remuez ce dépot et il se dissoudra rapidement. Introduisez de petites doses et jamais en direction des pompes.

Attendez quelques jours, le temps que la température soit de 26° et la salinité bien homogène à 1026, ensuite vous pouvez rajouter les pierres vivantes.
En attendant vérifier le bon fonctionnement du matériel, de l'éclairage et l'absence de zone de brassage morte.


b) Les pierres vivantes

1) Nettoyage et introduction

Voila, votre bac est donc près.
Vous avez acheté les pierres vivantes en prenant soin de vérifier la qualité.
De façon générale, les meilleurs pierres sont les pierres fraîches qui viennent directement de leur pays d'origine et qui sont pleines de saletés (algues, éponges et restes d'animaux morts).
Mais vous pouvez aussi acheté des pierres acclimatées qui ont déjà étés brossés, et qui ne vous demanderons aucun nettoyage au préalable.
Si vos pierres sont fraîches, nettoyez tout ce qui est mort et les algues avec de l'eau chauffée du bac. Mais ne les nettoyez pas trop non plus car sinon vous détruirez beaucoup de la micro faune qu'elles soutiennent. Une brosse à dent neuve fera l'affaire.

Ensuite introduisez les dans l'aquarium récifal.
Ne construisez pas de suite votre décor, les pierres vont recracher beaucoup de sédiments au début. Etalez les sur toute la surface du bac, de façon à faciliter le siphonnage des sédiments qui se déposerons au fond du bac.
Laissez comme cela pendant une bonne semaine. Vous pourrez déjà regarder la vie qui est arrivée avec vos pierres.
Au bout d'une semaine, lorsqu'il y a moins de sédiments, construisez votre décor.

2) Les indésirables

Avec vos pierres certains animaux indésirables viendront.
Il s'agit principalement des anémones aiptasia ou anémone de verre, à éliminer de suite selon les procédés efficaces mais ne jamais les piquer car elles se multiplieraient. Autre indésirable, la valonia, ne jamais percer les bulles car elles contiennent les semences. Il y a également les vers de type eunice et des crevettes mantes ou squille qui sont des prédateurs des autres animaux ainsi que des crabes. Les squilles sont facilement identifiables aux cliquetis qu'elles produisent.

Regardez votre bac la nuit, c'est a ce moment la que vous verrez le plus de choses.

Bien entendu, il peu y avoir beaucoup d'autres prédateurs, mais ne sortez rien qui à l'apparence néfaste, car il s'agit souvent de bonnes choses, comme les vers polychètes qui sont moches mais très utiles.
En ce qui concerne les crabes je préfère les retirer systématiquement dès que j'en vois un.

c) Introduction des premiers habitants

Bien entendu, on n'introduit rien au début, uniquement des pierres vivantes.
A partir de deux à trois mois après la mise en eau, beaucoup d'algues seront au rendez vous dans votre bac. C'est alors le moment d'introduire vos premiers détritivores : escargots, bernards l'hermite, oursins (1 oursin par 100 l au minimum) ...
Ils consommeront vos algues, mais cela ne vous dispense pas d'arracher les plus grosses à la main.
Trois à quatre mois après le démarrage du bac vous pourrez introduire vos premiers invertébrés tels que les crevettes. Le cycle de l'azote sera mis en place.
Ne les introduisez pas tous d'un coup, attendez une semaine ou deux pour en ajouter de nouveau.
A partir du 3ème ou 4ème mois après le démarrage, vous pourrez introduire vos premiers coraux mous.

A partir de 5 à 6 mois, mettez vos premiers poissons. Petit à petit ...
S'il y a beaucoup d'algues introduisez un gros herbivore comme un chirurgien si la capacité de votre aquarium le permet (à partir de 400 litres).

Apres 5 à 6 mois introduisez vos premiers durs.

Il s'agit la d'un processus très long et souvent pas respecté, puisqu'on préfère tout mettre après deux mois. La méthode décrite assure une bonne mise en route du bac, un cycle de l'azote stable et une viabilité dans le temps. Patience ... patience ... c'est le maître mot en récifal !

e) Ne les achetez pas

Certains animaux ne doivent pas être achetés car vous n'arriverez pas à les conserver.
N'achetez jamais un poisson, un invertébré ou un corail sans vous être renseigné auparavant de sa maintenance.

Si vous achetez des coraux ou gorgones non photosynthétiques, sachez qu'ils ont besoin d'être nourrit journellement à la main et avec des produits spécifiques, d'où une pollution du bac plus élevée.
N'achetez jamais de pierres vivantes ou ils y a des aiptasia ou valonia dessus, même si ces pierres sont en promotion (c'est du déjà vu !).
N'achetez jamais de nudibranches, ils ont besoin d'une nourriture très spécifique que vous ne pourrez pas leur fournir sur le long terme, les éponges car certaines sont toxiques si elles meurent.

1.Aiptasia sp. 2.Algue valonia

1. Anémones de verre : Aiptasia sp. | Auteur : Haplochromis | Septembre 2006 | CC BY-SA 3.0
2. Algue : Valonia | Auteur : Emőke Dénes | Février 2012 | CC BY-SA 3.0


f) la nourriture

Votre vivant peut être nourri avec des aliments secs adaptés, des aliments surgelés, il en existe une large gamme pour satisfaire tous vos animaux, il y a aussi les liquides appropriés pour vos coraux.

Pour le congelé mettre le cube dans un petit passe thé par exemple, et passer le sous le robinet pour dégeler et enlever l’eau qui est dedans, car souvent beaucoup de NO3.



Voila, l'article est fini.
Tout ce qui est écrit ne représente qu'une seule solution parmi des milliers.
Il ne s'agit en aucun cas d'une vérité général, chacun préconise autre chose, mais ce qu'on peut vous garantir c'est que cet article et ses conseils permettront à votre bac de durer dans le temps et à vos animaux de vivre en bonne santé.

Et si vous avez un problème n'hésitez pas à poser vos question sur les forums récifaux. Auteur : Florian DESCOSTES. Modification avril 2015 par Evelyne JENARD.

Publicité


Article réalisé par le , modifié le 07 Avril 2015.

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page