Complément technique: l'éclairage (part 1)

Citation : IntroductionL'éclairage dans un aquarium ne sert pas uniquement faire ressortir les couleurs des poissons. Et pour cause! En fonction des bacs et des goûts des aquariophiles, on observe une plus ou...

Catégorie de l'article: Techniques/Matériel



Introduction


L'éclairage dans un aquarium ne sert pas uniquement faire ressortir les couleurs des poissons. Et pour cause! En fonction des bacs et des goûts des aquariophiles, on observe une plus ou moins grante variété d'être vivants dans les bacs, allant des poissons aux crustacés, en passant par les végétaux. Certains bacs d'ailleurs ressemblent plus à des jardins qu'à une pièce d'eau. Dans ces bacs, les poissons, très discrets, servent plus à faire ressortir la végétation et font plutôt office d'accessoires. Ces bacs sont ce que l'on appelle des bacs hollandais. Dans ces bacs, mais aussi dans les bacs moins plantés, l'éclairage représente un aspect primordial de la réussite et de l'équilibre du bac.

La multitude de bacs (biotopes, formes, dimensions, etc) explique la multitude de type d'éclairages disponibles sur le marché. On parle de tubes fluorescents, de lampes à vapeur de mercure, de lampes HQI, de spectre, de rendu de couleurs, de température de couleurs. Autant d'aspects et de termes qui nécéssitent une explication si l'on veut comprendre et faire un choix en fonction de nos envies et des besoins de notre bac.



Les besoins des plantes


Les plantes ont besoin de lumière pour vivre, puisqu'elles l'utilisent pour générer des molécules riches en énergie utilisables pour leur métabolisme (c'est le principe de photosynthèse). Le but de l'aquariophile est donc de fournir à ses plantes une lumière se rapprochant le plus possible de la lumière du soleil pour favoriser la croissance des plantes. Cette contrainte exclut la possibilité d'utiliser des éclairages standards, qui dispose souvent d'un spectre non continu, d'un IRC (rendu de couleur) médiocre et d'une température de couleur pas toujours adaptée, obligeant donc l'aquariophile à se tourner vers les systèmes réservés à l'aquariophilie.



Le spectre


La notion de spectre s'explique de la manière suivante. La majorité des plantes sont vertes, c'est-à-dire qu'elles absorbent toutes les composantes coulorées de la lumière blanche, sauf le vert. Il faut donc utiliser une source de lumière qui émette dans toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, mais le moins possible dans le vert. Cette constatation s'explique par le fait que le vert n'est que très peu utilisé par la photosynthèse de la plupart des plantes, au contraire d'autres couleurs comme le rouge, le bleu ou encore l'orange. Le spectre donne donc une idée de son utilité dans un aquarium, puisque plus il est large, riche et puissant sur les couleurs rouge, orange ou bleu, plus il sera adapté aux plantes.





IRC


L'IRC, ou indice de rendu de couleur, est la capacité d'une source lumineuse à restituer les différentes couleurs du spectre visible sans en modifier les teintes. Cet indice varie de 1 à 100, qui correspond à une lumière blanche ayant le même spectre que celui de la lumière solaire. A titre d'information, les tubes fluorescents varient de 60 à 90, tandis que les ampoules HQI ont un IRC allant de 60 à 95. Le but en aquariophilie est de disposer d'un éclairage ayant un IRC supérieur à 80 et le plus proche possible de la perfection. Il faut de plus savoir que l'IRC d'une source lumineuse dépend directement de sa température de couleur. Les différents IRC sont classés par gamme: 1A = IRC>=90, 1B = 80


La température de couleur


La température de couleur évoquée ci-dessus est un autre indice important à prendre en compte dans le choix d'une source lumineuse, puisqu'elle permet de déterminer la couleur dominante d'une source de lumière blanche. Elle est mesurée en degré Kelvin (K) et peut varier entre 2000K (couleur rouge orangé d'un soleil couchant) à 10000K (blanc bleuté d'un ciel boréal). Un éclairage neutre (Daylight) dispose d'une température de couleur allant de 6000K à 7000K, celle de la lumière solaire étant de 6500K à peu près (en fonction des conditions climatiques). Ici encore, il sera important de se rapprocher de cette valeur de référence.




Conclusion


Cliquez ici pour la suite de l'article.

Publicité


Article réalisé par le , modifié le 01 Février 2007.

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page