Complément technique: la filtration (part 1)

Citation : IntroductionLa filtration est un autre axe central de l'aquarium. C'est grâce à cet élément que le maintien d'un poisson est possible dans un aussi petit espace qu'un aquarium. Son principal rôle e...

Catégorie de l'article: Techniques/Matériel



Introduction


La filtration est un autre axe central de l'aquarium. C'est grâce à cet élément que le maintien d'un poisson est possible dans un aussi petit espace qu'un aquarium. Son principal rôle est l'épuration de l'eau du bac, tant des impuretés organiques que chimiques.



Principes de base


Il existe à peu près autant de systèmes de filtration qu'il existe de bacs, puisque celui-ci dépend de la philosophie de l'aquariophile, de la population du bac, du caractère du bac (spécifique, biotope, communautaire, etc), de la taille de la cuve, etc. Cependant chacun de ces filtres est basé sur les mêmes principes.

La filtration peut agir sur trois plans:
- un plan purement mécanique
- un plan biologique
- un plan chimique

Avant de détailler chacune des actions de la filtration, voici la réponse à une des questions les plus fréquement posées et qui a toute son importance au niveau de la filtration, puisqu'elle peut en augmenter les capacités, tout comme en réduire considérablement les effets.

"Dans quel ordre doivent être mises les masses fitlrantes?"

Tout dépend de la fonction qu'on attribue à chaque masse. En effet, certaines masses peuvent avoir un rôle différent en fonction de la place qu'on lui assigne dans le fitlre. Mais d'une manière générale, il faut les placer comme suit dans le sens du courant:
- masses mécaniques à large maillage
- masses mécaniques à fin maillage
- masses biologiques
- éventuelles masses chimiques

Le but de cet ordre étant évidement de préserver les bactéries, et donc de disposer d'un maximum de masses mécaniques avant les masses biologiques pour que celles-ci soient le moins sâle possible.



La filtration mécanique


La filtration mécanique consiste à nettoyer l'eau du bac des diverses particules en suspension qu'elle contiendrait. Elle fonctionne comme un tamis au travers duquel l'eau passe, abandonnant tout élément de taille supérieure au maillage du tamis traversé. Il va de soi que plus le maillage est fin, plus les particules stoppées seront nombreuses, mais plus les masses seront sales rapidement (risque de colmatage). Il convient donc de placer une succession de masses filtrantes du maillage le plus gros vers celui le plus fin. D'ordinaire, les masses à gros maillages sont constituées de galettes de mousse de polyuréthane, tandis que le fin maillage est constitué d'ouate de perlon.

Mousse de polyuréthane:


Ouate de perlon:




La filtration biologique


L'action biologique du filtre permet de dégager l'eau des substances ammoniaquées résultant de l'activité organique des êtres vivants occupant le bac (poissons, plantes, mais aussi protozoaires et autres organismes microscopiques).

Il faut savoir que les matières ammoniaquées (NH3) sont extrèmement toxiques pour les poissons et leur coéfficient de solubilité dans l'eau est très élevé. Elles doivent donc très rapidement disparaître du bac. Comme nous l'a apprit Lavoisier (auteur de la maxime "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme."), la disparition de ces substances ammoniaquées (phase appelée nitrosation) consiste en leur dégradation à un autre état (les nitrites) et résulte de l'action d'une colonie de bactéries de l’espèce des Nitrosomonas ou des Nitrococcus.

Cependant, la présence de nitrites (NO2) dans le bac représente toujours un danger pour ses habitants, puisque, même si d'une toxicité moindre que les produits ammoniaqués, elle n'en reste pas moins mortelle. Une nouvelle étape de transformation (nitratation) est donc nécéssaire et sera assurée par une autre population de bactéries de type Nitrobacter et Nitrocystis, qui oxyderont les nitrites en nitrates.

Enfin, ces nitrates (NO3), qui présentent une toxicité nettement plus faibles que les nitrites, et dont la présence en aquarium est tolérée jusqu'à un taux de 50mg/L serviront d'aliments azotés et seront assimilés à leur tour par les végétaux supérieurs et les algues.

Il est donc clair que si l'on veut favoriser l'action biologique de la filtration, il est impératif d'offir un maximum de conditions favorisant l'implantation d'une colonie de bactéries fortes et en suffisance. Même si celles-ci colonisent l'ensemble du bac, certains supports privilégiés sont commercialisés afin de permettre aux aquariophiles d'ajouter un support favorisant la colonisation bactérienne dans leur système de filtration. Les nouilles de céramique présentent par exemple une forte porosité et énormément de surface, de manière à optimiser la concentration des bactéries.
Nouilles de céramique:


Les bioballes offrent une alternative interessante comme masse filtrante, tant pour son action mécanique que pour son action biologique (surface de colonisation importante), mais leur taille les destine à une utilisation en décante externe pour des bacs de gros volume.



La filtration chimique


Le troisième rôle de la filtration est chimique et plus rare. Il sert à changer les caractéristiques chimiques de l'eau. Ce type de filtration est souvent utilisé de manière ponctuelle.

Les masses chimiques les plus fréquemment rencontrées sont le charbon actif, qui est un charbon de bois ayant subi plusieurs traitement de manière à lui donner un pouvoir d'absorption exceptionel. Il est utilisé après un traitement médicamenteux pour faire disparaitre tous les résidus du traitement qui pourraient encore être présent dans l'aquarium. Attention cependant que la faculté d'absorption du charbon actif a une limite dans le temps. Au bout d'un certain temps, il relarguera dans l'aquarium les diverses substances absorbées précédemment.

Autre masses fréquement utilisée, la tourbe. Elle permet d'influer sur le pH de l'eau de manière à augmenter l'acidité de l'eau du bac.

Charbon actif:


Plaques de tourbe:




La puissace de filtration


La puissance de la filtration du bac dépend d'une quantité importante de paramètres:
- le type de bac, puisque certains biotopes comme les grands lacs africains nécéssitent une plus grosse filtration que d'autres
- les poissons hébergés, puisque certains poissons sont de gros pollueurs (ovovivipaires par exemple), et que d'autres nécéssitent une eau sans courants (bettas splendens)
- la taille du bac, puisque plus le volume d'eau est gros, plus la quantité d'eau à filtrer par heure est impotante
- le système de filtration, puisque un filtre externe devra faire face à la contrainte d'une colonne d'eau
- etc.

Autant de paramètres qui obligent l'aquariophile à murement réfléchir le système qu'il préfèrera, et la puissance de la mécanique choisie. Il faut de plus tenir compte du fait que les infos fournies par les fabricants correspondent souvent à une valeur théorique. Par exemple, une pompe dont la limite de filtration est de 600L/h atteindra cette puissance à vide et sans masses filtrantes. Il y a donc fort à parier qu'une fois garnie, sous eau, et avec la contrainte de la colonne de remontée, la pompe atteindra un rendement de moins de 50% de celle indiquée.

Quoi qu'il en soit et à titre d'exemple, un bac représentant un biotope Africain peuplés de gros cichlidés devra être équipé d'une filtration capable de brasser 3 à 4 fois le volume du bac, un bac de type amazonien devra disposer d'une filtration brassant à peu près 2 fois le volume d'eau, et la filtration d'un bac fort planté et peuplé de poissons calmes ne devra pas être supérieure à 1 fois le volume de l'aquarium.


Cliquez ici pour la suite de l'article.

Publicité


Article réalisé par le , modifié le 01 Février 2007.

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page