L'usage des pierres en aquariophilie

Citation : INTRODUCTIONDe nombreux aquariophiles désirant chercher eux-mêmes les pierres pour leur aquarium, ou désirant utiliser une pierre de leur jardin se posent souvent la question : « mais est-ce que ma...

Catégorie de l'article: Décors

INTRODUCTION



De nombreux aquariophiles désirant chercher eux-mêmes les pierres pour leur aquarium, ou désirant utiliser une pierre de leur jardin se posent souvent la question : « mais est-ce que ma pierre est adaptée à l’usage aquariophile ? ».
J’ai donc décidé de faire cet article qui présentera des bases de la pétrologie (études des roches) appliquée aux besoins de nos bacs.


1) Les grandes classes de roches



Nous connaissons tous les fameuses grandes classes de roches qui nous ont tant posés de problèmes à un moment ou à un autre dans notre scolarité, à savoir : les roches magmatiques, métamorphiques et sédimentaires.

En fait, ce tri est fait en fonction de leur processus de formation :

>>Les roches magmatiques sont issues de la fusion de magmas en profondeur ou en surface.
>>Les roches sédimentaires sont issues de l’accumulation de minéraux issus de l’érosion, ainsi que les phénomènes de surface (évaporation, matière organique, …).
>>Les roches métamorphiques sont issues de la transformation des roches précédentes après un réenfouissement en profondeur.

Les roches magmatiques et métamorphiques sont à peu près de la même composition chimique (mais pas forcément minéralogique), à savoir principalement du Silicium (Si) et un certain pourcentage d’aluminium (Al), de fer (Fe) et de magnésium (Mg), (et tous les éléments en quantité moindre à inexistante).
Cependant, parmi les roches sédimentaires, il sera nécessaire d’être plus précis.


2) Les roches sédimentaires



Les roches sédimentaires se subdivisent en plusieurs familles :

- les roches détritiques terrigènes : elles sont très majoritaires et sont simplement le résultat de l’érosion du continent qui s’accumule dans des bassins sédimentaires. Ces roches sont donc les minéraux les plus résistants à l’altération qui s’accumulent et se consolident dans certaines conditions.
Ce sont les roches sédimentaires majoritaires.
Typiquement, du Quartz et d’autres minéraux siliceux qui forment des conglomérats, ou du grès…
Sur cette photo, on a un conglomérat avec des galets de grès en dessous.

photo https://www.aquariophilie.org/images/article/L_usage_des_pierres_en_aquariophilie_a01301938_0.jpeg

- Les roches carbonatées : ce sont les roches qu’on appelle communément les roches calcaires.
Elles sont issues de l’accumulation de minéraux calcaires (il existe plusieurs manières d’accumulations que je ne détaillerai pas ici, la plus connu étant l’accumulation de coquilles d’animaux).
Seules quelques plages et quelques régions de France possèdent ces plages ou ces anciens bassins. La baie de Mont-Saint-Michel est la plus connue au monde, mais ce n’est de loin pas le type de roche le plus répandu.
Il faut cependant savoir que toutes ces roches ne sont faites globalement que d’un seul minéral : la calcite (CaCO3) et de sa version légèrement métamorphisée la dolomite (CaMg(CO3)2).

photo https://www.aquariophilie.org/images/article/L_usage_des_pierres_en_aquariophilie_a01282210_1.jpeg

- Les roches carbonées : Elles sont issues de l’accumulation de matière organique qui est ensuite enfouie sous certaines conditions. Je ne donne pas plus de détails étant donné qu’elles sont facilement reconnaissables (noir, le charbon, la boue, le pétrole…).

- Les évaporites : Dans un milieu aride, quand l’eau de mer s’évapore, les autres éléments chimiques restent et précipitent. Typiquement pour le gypse (rose des sables), l’halite (le sel) et la Sylvite.

- Il existe d’autres roches sédimentaires mineures et rares tels que les roches siliceuses de provenance non terrigène, les phosphates, etc. Ces roches sont rares et se trouvent dans des conditions exceptionnelles, il ne m’est donc pas indispensable de détailler ces dernières.


3) Les pierres à éviter



Vous l’aurez compris, la majorité des roches à la surface de la planète sont siliceuses, avec un petit pourcentage de roches d’autres types.
En aquariophilie, il existe plusieurs choses à étudier pour introduire une pierre dans un aquarium.

- Les roches calcaires modifient la dureté de l’eau, il faut donc faire attention à cela. Dans certains biotopes comme l'amazonien il faut éviter d’en utiliser, mais dans les biotopes demandant une eau dure elles peuvent être utilisées pour parvenir à la dureté voulue, comme pour les aquarium du lac Malawi (par exemple).

Pour être sûr(e) qu’une pierre ne soit pas calcaire, mettez de l’acide ou du vinaigre sur une partie fraîche de la roche (pas des parties avec des algues par exemple), si la pierre est calcaire il devrait y avoir effervescence. Préférez chauffer l’acide avant de l’appliquer à la pierre car la dolomite peut parfois résister à une attaque acide de faible température.

- Certaines roches métamorphiques ont une schistosité. (C'est ce que les gens appellent communément un schiste). A savoir que la roche se présente sous formes de feuillets à cause de la pression subie durant sa formation. Ce qui a pour effet qu’elle se casse et devient coupante et peut donc blesser les poissons.

photo https://www.aquariophilie.org/images/article/L_usage_des_pierres_en_aquariophilie_a01282210_2.jpeg

Si vous possédez des poissons fouillant le sol et les pierres il est donc impératif de bien limer les angles de ces pierres afin qu’il n’y ait plus de risque de coupure.

- Pour les mêmes raisons, il faut faire attention au sable qu'on utilise dans son aquarium pour son sol : Il est souvent fait simplement de Quartz concassé et réduit en petits morceaux. Ces bouts sont donc parfois coupants, suivant la taille des grains obtenus. Attention donc, si vous avez des poissons qui fouillent le sol, à vérifier que les grains soient bien arrondis pour éviter toute blessure.

- Les pierres riches en fer sont nuisibles aux crustacés. Ces roches sont en général des roches sombres.

Pour vérifier si la roche peut être utilisée pour votre aquarium, passez un aimant sur la pierre, elle ne doit pas être aimantée.

Conclusion :



De nombreuses roches sont utilisables en aquariophilie, à condition de vérifier certaines choses.
Avant de les introduire, il faut bien les bouillir et les brosser afin d’éliminer les saletés dessus et à l’intérieur des pores. Évitez également de prendre les pierres présentant un aspect pollué ou autre. Si vous avez le moindre doute, il vaut mieux chercher un peu plus loin que de prendre des risques inutiles.

4) L’utilisation des roches en aquascaping :




De nombreuses personnes cherchent à utiliser les roches dans leur aquarium afin de l’embellir. Mais ce n’est pas si simple que cela si l’on désire arriver à quelque chose de relativement esthétique.

Nous allons voir ici quelques techniques pour l’agencement de ces roches (création d'un "hardscape") et quant à leur utilisation.

Avant de les mettre dans votre aquarium, vous pouvez vous amuser à les brosser à l’aide d’une brosse métallique puis à les faire bouillir pour éviter l’introduction d’éléments non désirables.
Évitez également de ramasser des roches pleines de sel en bord de mer, les poissons n’apprécieront pas trop …

De même évitez de faire tremper vos roches dans de l’eau de javel si elles sont poreuses, car même après plusieurs rinçages il reste toujours un risque de relargage.

Passons maintenant aux choses sérieuses : l’agencement.

Il convient de ne pas mélanger différents types de roches afin de ne pas donner un aspect fouillis à l’ensemble de l’aquarium, restez sur le même type cela aura plus d’impact.
Pour le type de pierre libre à vous de choisir selon vos goûts (et aussi disponibilité) mais il faut garder en tête que le choix des pierres aura un impact sur l’aquarium dans son ensemble selon leur aspect et texture.

Dans tous les cas il sera conseillé de mélanger du gros et petit calibre pour donner un effet plus naturel à l’ensemble et éviter d’avoir un rendu trop artificiel avec des roches de même diamètre.

En ce qui concerne le choix des roches, évitez d’en prendre des trop petites (elles vont se perdre dans les plantes une fois que ces dernières se seront étoffées), mais également des trop grosses (elles vont étouffer le bac et s’intégreront moins bien à la plantation). Il convient donc de bien prendre en compte la plantation finale désirée dans le choix des roches.

Vous pouvez vous entraîner à la mise en place de votre hardscape final soit sur le sol de votre salon (vérifiez alors que vous êtes seul pour ne pas passer pour un fou ^^), soit dans votre aquarium directement, en prenant en compte le fait que c’est plus facile de procéder ainsi lorsque ce dernier n’est pas encore en eau.

Une fois le hardscape mis en place et que le rendu vous satisfait, vous pouvez alors passer à la plantation.

Il est également possible de mélanger roches et racines ; ceci est un peu plus compliqué mais tout à fait réalisable, ce ne sera pas toujours facile à combiner suivant ce que vous avez sous la main. En effet il faut que les deux puissent se mélanger au niveau de leurs aspects : formes et couleurs.
Lors d’une utilisation conjointe, on retrouve généralement les roches en premier plan ou bien au pied des racines, ces dernières étant de plus grosses tailles que les roches. Le rendu inverse (grosses roches / petites racines) aurait un rendu moins naturel.

Si vous optez pour l’utilisation de plusieurs roches dans votre aquarium, il conviendra de couper celui-ci imaginairement au milieu et de faire en sorte que d’un côté il y ait plus de roches pour rompre l’effet de symétrie, le mieux étant d’en avoir un nombre impair de chaque côté (par exemple, trois à gauche et 5 à droite).
Cela nous ramène à la théorie du nombre d’or. Pour les plus courageux je vous laisse chercher ce que c’est exactement, mais on retiendra qu’en gros l’aquarium sera divisé de la sorte pour les roches : 1/3 – 2/3. Ainsi on évitera d’avoir un rendu symétrique.

En ce qui concerne l’agencement des roches, il conviendra de disposer les plus grosses roches en arrière, et les plus petites devant, afin de créer une sorte d’éboulis ce qui sera plus naturel esthétiquement parlant.
De plus cela va donner de la profondeur à l’ensemble, et donc créer une certaine perspective.

On peut par la même occasion créer un point focal en utilisant une roche assez imposante par rapport aux autres, à ne pas placer au centre par contre sinon on en reviendra au problème de la symétrie …

L’orientation des roches va également être très importante car elle va orienter notre regard.
Si l’on a des roches qui partent dans tous les sens, notre regard ne saura où se porter.
En revanche si les roches sont orientées dans le même sens cela va donner une direction à notre regard.
Il est malgré tout possible d’orienter les roches dans deux directions différentes mais il faut que la plantation soit en adéquation.

A noter qu’en ce qui concerne les iwagumi (iwa : pierres, gumi : groupe) le choix des roches, leur emplacement et orientation vont être des facteurs très importants dans la réussite du bac. En effet elles vont être l’élément majeur de la composition, les plantes étant peu nombreuses et assez basses dans l’ensemble (surtout des plantes gazonnantes).

A venir par la suite des photos pour bien illustrer les propos.


Questions/réponses :



Q : Sur internet je vois que des minéraux d’autres roches peuvent avoir du calcaire, comme la muscovite, ces roches sont comme les roches carbonatées ?
R : Non, ces atomes sont contenus dans la maille du minéral et ne s’échapperont jamais dans l’eau de l’aquarium à l’échelle humaine ou un très petite quantité.

Q : Mais si je prends des roches au bord de la mer, il n’y a pas de risques ?
R : L’eau se mettant dans les pores de la roche, et les roches ne venant pas de la mer (sauf pour les carbonatés évidement), le fait de bouillir et laver la pierre expulse en grand partie l’eau salée de la roche.

PS : merci à Hideki pour la partie sur l'aquascaping.

Publicité


Article réalisé par le , modifié le 07 Février 2009.

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page