Les Discus sauvages, première partie: classification, origine et acclimatation

Citation : IntroductionDepuis quelques années les Discus sauvages sont à la mode dans les bacs des aquariophiles ce qui est amplement mérité: ils sont initialement beaux, bien plus beaux que les poissons de s...

Catégorie de l'article: Poissons

Introduction



Depuis quelques années les Discus sauvages sont à la mode dans les bacs des aquariophiles ce qui est amplement mérité: ils sont initialement beaux, bien plus beaux que les poissons de sélection qui depuis les années 1990 envahissent les aquariums de nos animaleries. Ils sont également plus robustes et moins tyranniques avec les plus faibles (observations personnelles).

Bien sûr leur maintenance n'est pas sans quelques contraintes:

- effectuer des recherches sur le biotope de ses poissons pour tenter de recréer un milieu artificiel leurs correspondant et donc calqué sur les paramètres des sites de pêche amazoniens.

- adapter les animaux aux nourritures inertes puis sèches (chez moi un vrai casse tête); les Symphysodons sauvages n'ont jamais vu de Prima Discus dans leur rio d'origine.

- diagnostiquer et traiter quelques pathologies récurrentes comme les vers des branchies qui peuvent être désormais rapidement éradiqués.

Ces quelques problèmes seront bien vite oubliés face au spectacle qu'offre la beauté naturellement sauvage de ce poisson:

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04170653_0.jpeg

photo prise par Manochke




1/ Classification



Bien que très discutée et remise en cause (j'indiquerai en italique la classification proposée par Heiko Bleher dans son livre "Le Bleher des Discus", tome 1) la classification du Discus reste la suivante:

- Symphysodon discus = Discus heckel

- Symphysodon discus = Discus heckel

-Famille: Cichlidae
-Descripteur: Jacob Heckel en 1840 (il fut découvert par Josef Natterer en 1832)

Les Discus heckel sont reconnaissables à leurs trois bandes verticales dominantes dont une traverse l'oeil, la seconde passant par le milieu du corps et la troisième étant située sur le pédoncule caudale.
Ils proviennent essentiellement du rio Negro au Nord Ouest de Manaus et de ses affluents où l'eau possède un pH très acide.
On en trouve également Symphysodon discus dans le rio Abacaxis au Sud de Manaus.
Le Discus heckel est généralement de couleur bleue mais son patron de coloration peut varier du rouge à l'ocre avec des vermicules présentes sur l'ensemble du corps.

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Maintenance_de_Discus_d_origine_sauvage_a04160414_0.jpeg

photo prise par swifty


- Symphysodon aequifasciatus

-Famille: Cichlidae
-Descripteur: Pellegrin en 1903

Symphysodon aequifasciatus axelrodi = Discus brun

- Symphysodon axelrodi = Discus bleu et brun: pour Heiko Bleher les Discus bleus et bruns représentent deux variations chromatiques distinctes du Symphysodon aequifasciatus haraldi.


C'est un poisson que l'on rencontre dans toute l'Amazonie brésilienne des Régions situées à l'Ouest de Manaus pour rejoindre Santarem aux environs de Belem situés eux, à l'Est de cette même ville. Les sites de pêche les plus connus où ces Discus sont prélevés sont les rio: Nhamunda, Madeiras, Uatuma, Tapajos et Manacapuru (la liste est loin d'être exhaustive)
Les patrons de colorations varient du brun au rouge et les 9 bandes verticales présentes sur le corps du poisson sont uniformes et bien distinctes.

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Maintenance_de_Discus_d_origine_sauvage_a04160534_1.jpeg




Symphysodon aequifasciatus haraldi = Discus bleu

- Symphysodon haraldi

Ces poissons possèdent des vermicules de couleur bleue sur la tête et le dernier tiers du corps, comme le poisson de la photo suivante. Ils sont pêchés dans les mêmes rio que les Discus bruns avec qui ils partagent également les mêmes territoires regroupés en colonies de plusieurs dizaines d'individus sous la surveillance d'un poisson dominant (en général un Royal Blue).

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Maintenance_de_Discus_d_origine_sauvage_a04160534_2.jpeg



Symphysodon tarzoo = Discus vert

- Symphysodon tarzoo = Discus vert

La répartition géographique de Symphysodon tarzoo ou Discus vert est située à l'extrême Ouest du Brésil jusqu'à la frontière colombienne et péruvienne (on trouve du Discus vert au Pérou).
Ces poissons étaient principalement prélevés dans le rio et lago Téfé mais à l'heure actuelle ils sont surtout pêchés dans le rio Japura, le rio Jurua, le Jutai, le lago caiambé et le rio Urucu.
Ils présentent une couleur brune à jaune sur le corps et se distinguent surtout par leurs nageoires anales de couleur bleu-vert et par la présence de points rouges caractéristiques sur le corps (Discus pointé).

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04190448_4.jpeg



Symphysodon aequifasciatus axelrodi et haraldi sont, en moyenne, d'une taille supérieure à Symphysodon discus et Symphysodon tarzoo.

Des appellations compliquées

On remarquera que le nom des poissons est presque toujours associé au nom du site de pêche dans lequel ils ont étè prélevés; si je prends comme exemple le Discus Uatuma, c'est un Symphysodon aequifasciatus axelrodi (brun):

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_premiere_partie_classification_origine_et_acclimatation_a04191817_5.jpeg

Symphysodon aequifasciatus axelrodi rio Uatuma = Discus brun rio Uatuma

Symphysodon haraldi = Discus brun rio Uatuma


ou haraldi (bleu) pêché dans le rio Uatuma, ses affluents et autres rivières secondaires appelées igarapé ( igarapé= "igara", signifiant embarcation creusée dans un arbre et "pé" qui veut dire le chemin et désigne en termes scientifiques les cours d'eau amazoniens de premier ou de second ordre, composants primaires fondamentaux de petites, moyennes et grandes rivières).

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_premiere_partie_classification_origine_et_acclimatation_a04191817_6.jpeg

Symphysodon aequifasciatus haraldi rio Uatuma = Discus bleu rio Uatuma

Symphysodon haraldi = Discus bleu rio Uatuma

Ces deux poissons sont issus du même lieu de pêche: le rio Uatuma plus précisémment près de la ville de St Sébastien do Uatuma, à cet endroit le fleuve est extrêmement large ( près de 60kms) et forme une véritable mer intérieure, l'eau y est claire, légèrement ambrée, Heiko Bleher y a mesuré les paramètres suivant:

PH:6,48, conductivité:8micros/siemens, température de l'eau à 2,5m de profondeur:32°, oxygène:6,90 mg/l.
Arbres surplombants, racines et troncs d'arbres au fond des igarapés. Pas de plantes flottantes et léger courant.

On parle également de Discus royaux (royal blue); ce sont des Discus aequifasciatus qui comme Symphysodon discus possèdent des vermicules de couleur bleue sur l'ensemble du corps.

2/ Origine



photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_premiere_partie_classification_origine_et_acclimatation_a04280708_7.gif



Légende



En noir= habitat de Symphysodon discus (Discus heckel)

En rouge ou en bleu= habitat de Symphysodon aequifasciatus haraldi et axelrodi (Discus bleu et brun)

En vert= habitat de Symphysodon tarzoo(Discus vert)



Les sites de pêche

Le discus sauvages proviennent essentiellement du Brésil mais également du Pérou de Colombie et du Vénézuela. Le premier fournisseur reste le bassin amazonien avec les villes de Manaus et de Santarem comme sites de regroupement et plaques tournantes.
Les poissons sont en général prélevés en période d'eau basse dans les affluents de l'Amazone et surtout dans les réseaux secondaires comme les bras morts (Igarapé)et les retenues naturelles (Lago).

La pêche est pratiquée dans les rios de type:

- "eaux blanches" caractérisées par un aspect trouble de l'eau et une couleur jaune due à la présence importante d'argile.
Son pH est compris entre 6,2 et 7,2 et le GH est inférieur à 1°.

- "eaux claires" à l'aspect limpide et au pH variant de 5 à 7,5°.

- "eaux noires", comme leur nom l'indique elles sont de couleur marron à cause des matières humiques qu'elles charrient.
Le pH y est très acide; entre 3,5 et 5 pour un GH frôlant le 0.Elles restent le domaine incontesté de Symphysodon discus.

La pêche

Elle se pratique principalement de nuit aux filets ou à l'épuisette et reste "artisanale" ce qui permet à quelques locaux (Cablocos) de pouvoir en vivre.
Ce sont essentiellement les Igarapé et Lago qui sont prospectés de part leur facilité d'accès et la concentration de Discus que l'on y rencontre. Une fois pêchés les animaux sont ensuite conditionnés dans des récipients plus ou moins adaptés à leur transport ce qui engendre, hélas quelques pertes, principalement entre le lieu de pêche et le premier camp de base.
Ce voyage peut durer plusieurs jours ce qui compromet d'avantage la vie des poissons.
Une fois ce premier périple franchit les Discus sont installés en bassins ou en bacs pour une première acclimatation à la vie en captivité. Ils seront ensuite conditionnés en sacs plastiques afin d'être conduits à Manaus ou Santarem où ils prendront la direction des Etats Unis d'Amérique, de l'Asie et enfin de l'Europe (nous sommes la dernière roue de la charrette). Là ils subiront une autre acclimatation arrivés chez le grossiste puis seront distribués chez les détaillants en aquariophilie.
Il est évident que ce genre de voyage ne se fait pas sans subir des pertes plus ou moins importantes en fonction des moyens de transport mis en oeuvre mais en aucun cas la pêche et l'exportation ne pourraient être mises en cause si ce poisson venait à disparaître (ce n'est pas le cas: les eaux du bassin de l'Amazone regorgent de Discus).
Si un jour le genre Symphysodon venait à disparaître la cause principale en serait sûrement la destruction de son biotope.

3/ L'acclimatation



L'arrivée dans nos bacs


En France les magasins proposant des Discus sauvages en bac de vente ne sont pas légion et il est souvent nécessaire de les commander auprès des détaillants. En général les poissons arrivent conditionnés en caisse isotherme et il est impératif de demander au vendeur de ne pas les installer en bacs de vente pour éviter aux Discus d'être acclimater une première fois au magasin puis une seconde fois chez vous.
Une fois arrivés les poissons vont subir pendant quelques heures une acclimatation au goutte à goutte:

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04180529_5.jpeg

Ouverture de la caisse isotherme

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04180529_6.jpeg

On distingue les sacs dans lesquels les poissons sont conditionnés

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04180529_7.jpeg

L'acclimatation au goutte à goutte


Puis ils seront transférés dans un bac nu (il est plus facile d'observer des poissons voire de les traiter dans un bac nu) d'une centaines de litres où ils effectueront une quarantaine d'un mois environ:

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04180733_8.jpeg

Les Discus sont pêchés à la main pour éviter d'abîmer leur mucus protecteur

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04180751_9.jpeg

Les poissons sont installés dans le bac de quarantaine

L'aquarium de quarantaine devra contenir au minimum une centaine de litres pour 5 à 6 Discus, il sera chauffé à 30-32°, filtré et éclairé (l'éclairage est utile pour effectuer des observations minutieuses sur les poissons). Les caractéristiques de l'eau devront être faciles à reproduire: pH= 7, GH= 4, KH= 3 pour faciliter les changements d'eau quotidiens (environ 50% du volume réel).
Dans le doute sur la présence de parasites internes durant la quarantaine, une cure de chaleur a 35° durant une semaine, répétée peut aider les discus à s'en débarrasser.
Le mélange eau osmosée/eau conduite sera préparé dans un récipient d'une soixantaine de litres (poubelle neuve), il sera chauffé à la même température que celle du bac de quarantaine et légèrement brassé à l'aide d'une pompe à eau:

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04180813_10.jpeg

Récipient contenant le mélange eau osmosée/eau de conduite

L'alimentation

Elle se fera au minimum 3 fois par jour à l'aide d'artémias vivantes ou décongelées mélangées à du Prima Discus. Le dernier repas de la journée aura lieu suffisamment tôt dans la soirée pour avoir le temps de siphonner la totalité des déchets répendus sur le fond et changer environ la moitié de l'eau du bac.

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04181947_11.jpeg

Les artémias doivent être rincées à l'eau claire avant d'être distribuées

photo http://www.aquariophilie.org/images/article/Les_Discus_sauvages_origine_et_maintenance_a04182001_12.jpeg

Distribution d'un mélange artémias/Prima Discus

L'alimentation doit être un moment réservé à une minutieuse observation des poissons:

- vérifier que tous mangent
- regarder l'aspect des déjections (facilité par la maintenance en bac nu)
- détecter toutes anomalies comportementales

La première partie de cet article, comprenant deux volets voire trois si le couple de Discus Uatuma que je possède venait à se reproduire, est maintenant terminée: j'espère qu'elle vous aura aidé à faire plus ample connaissance avec ce magnifique poisson qu'est le Discus sauvage.


Lien interressant sur les Discus sauvages: le Forum Santarem Discus

Suite de l'article Discus sauvage :

Publicité


Article réalisé par le , modifié le 09 Mars 2015.

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page