Modifier le sol d'un bac sans vider ce dernier

Citation : Plusieurs personnes ont déjà été confrontées à cette question : est-il possible de changer son sol sans refaire le cycle de l'azote ? Parce que le sable installé ne plaît plus ou n'est plus assez n...

Catégorie de l'article: Techniques/Matériel

Plusieurs personnes ont déjà été confrontées à cette question : est-il possible de changer son sol sans refaire le cycle de l'azote ? Parce que le sable installé ne plaît plus ou n'est plus assez nutritif et que le bac est peuplé et planté, le choix de tout recommencer peut laisser perplexe l'aquariophile et transférer vers un deuxième bac n'est pas toujours possible.

Pour répondre, il faut alors commencer par comprendre le rôle du sol dans un bac.

À quoi sert le sol ?
Outre l'aspect esthétique (parfois important), le sol d'un bac est un véritable allié (ou ennemi) de l'aquariophile et possède divers aspects :
  • bactérien
    La couche supérieure du sable accueille de nombreuses bactéries utiles à l'équilibre du bac.
  • technique et nutritif
    Le sol peut influer sur les paramètres du bac : sol dit technique, sable de corail, manado... Parfois de manière voulue lors de l'installation, parfois non - que ça soit alors contrôlé ou non.
    Certaines plantes requièrent également certaines plantes et l'utilisation d'un substrat sous le sable ou d'un sol nutritif.
  • habitat
    Il ne faut pas non plus croire que tous les poissons ne se préoccupent pas du sol. Certains s'enfouissent dedans et ont alors besoin d'une granulométrie contrôlée, d'autres le fouillent et exigent que les grains ne soient pas coupants, d'autres encore n'aiment pas une forte luminosité et demandent une teinte foncée.
    C'est également le lieu de vie d'une micro-faune utile au bac et aux poissons, notamment aux alevins.



Que ce passerait-il si je changeais mon sol sans prendre de précaution ?
Beaucoup de choses arriveraient d'un coup. Pour plus de cohérence, considérons-les dans le même ordre que les rôles du sol :
  1. au niveau bactérien, seul le filtre sera alors le support des colonies de bactéries, principalement par les masses biologiques et accessoirement par les mousses. L'équilibre du bac serait donc beaucoup plus faible qu'en tant normal et l'installation d'un nouveau sol dénué de bactéries va entraîner une colonisation rapide, induisant alors un nouveau pic de nitrites.
  2. des nutriments et autres éléments seront brutalement relâchés dans l'eau, pouvant favoriser la pousse d'algues. Sans compter que les plantes n'auront plus de support et devront être laissées flottantes dans le bac ou une bassine. À noter également que les particules iront fatalement encrasser le filtre qui devra rapidement être nettoyé (je vous laisse observer la contradiction avec le point précédent).
  3. la faune perdra un repère important. Si la plupart des poissons peuvent supporter temporairement une cuve nue, la micro-faune aimera moins. Et lors de la mise en place du nouveau sol, les poissons de fond nécessiteront un temps d'adaptation tandis que les territoriaux reverront la hiérarchie et les domaines.


Alors non ?
Sans précautions et brutalement, non, il ne vaut mieux pas. À moins de refaire complètement le bac comme dans l'article cité au début de celui-ci, et de surveiller les nitrites par la suite.
Mais comme la patience est la vertu première de l'aquariophile, nous allons en profiter :)
Je vous propose donc un mode opératoire qui vous prendra un certain temps mais vous permettra de continuer à profiter de votre bac.
  • Le matériel nécessaire est assez simple : 2 bandes d'un matériau neutre (typiquement : du plexiglas) aussi longues que le bac est large et plus larges que le sol n'est haut, un récipient de la taille d'un mug (vous apprécierez s'il est carré ou rectangulaire), une épuisette à mailles fines (facultative), une paire de ciseaux à plantes et une lame coupante (facultatives aussi). Et bien sûr, le nouveau sol !
  • À quoi ça sert ? Si je viens de dire que changer le sol brutalement n'est pas bon et que je n'ai pas dis que le changer est impossible, c'est qu'il est possible de le faire de manière progressive.

Comment procéder ?
  • Tout d'abord, fixez-vous un planning. Considérer une durée totale de 3 semaines ou plus, et un intervalle de quelques jours entre chaque étape. Dans la suite de l'article, nous allons considérer que vous voulez travailler sur votre bac chaque week-end, vous en aurez donc besoin de 4 : jour 0/jour 7/jour 14/jour 21.
  • Au préalable de chaque étape, préparez votre matériel : lavez le nouveau sol (rincez-le à l'eau jusqu'à ce qu'elle en ressorte claire, moins longtemps si c'est un sol nutritif) et les différents outils. Délimitez également la zone à travailler, dans notre exemple un quart de la longueur du bac. Échauffez vous aussi les bras, vous allez les faire travailler.
  • À chaque étape, vous allez changer le sol de la zone choisie :
  1. Ici, placez une des bandes de plexi (ou autre matériau choisi) dans la largeur, à la distance choisie également afin de diviser le bac. Dans notre cas de 4 étapes, si le bac fait 80cm de long, il faudra donc la planter à 20cm de la précédente. Si les racines des plantes gênent et/ou qu'une moustiquaire est présente, les ciseaux et la lame coupante vont servir à pouvoir la planter.
  2. Retirez les plantes et mettez-les provisoirement de côté dans un peu d'eau.
  3. Munissez-vous de votre récipient et commencez à enlever l'ancien sable. Pour ce faire, raclez délicatement (à la manière d'une pelleteuse mais en plus doux) sans remplir complètement le récipient. Cela permet d'y conserver de l'eau qui servira à ne pas disséminer les particules lorsque vous enlèverez le tout du bac. S'il en reste un peu à la fin, laissez-le car il vaut mieux le recouvrir que de rayer le verre.
  4. Une fois l'ancien sable enlevé, et le morceau éventuel de moustiquaire mis de côté, il faut commencer l'opération inverse. De la même manière, mettez un peu du nouveau sol dans le récipient et noyez-le pour qu'il soit déjà trempé et avec toujours cette petite couche d'eau par dessus. Immergez-le tout et venez le déposer doucement dans la zone de travail. Si vous utilisez un sol nutritif, commencez par celui-ci, déposez la moustiquaire et enfin le sable. Ne tardez pas, le substrat directement au contact de l'eau n'est jamais bon.
  5. Ça y est, vous avez votre nouveau sol, du moins en partie. Vous pouvez donc replanter (ou planter tout court). N'hésitez pas à en profiter pour rafraîchir un peu les racines.
  6. Si ce n'est pas la première fois que vous le faîtes, enlevez la bande de plexi (ou autre) précédente et laissez la nouvelle.
  7. Faites votre changement d'eau hebdomadaire.
  8. Observez le résultat, patientez et recommencez dans quelques jours :)


Attention, si cette technique peut éviter un pic de nitrites en étant bien réalisée, il reste utile de surveiller régulièrement leur taux. En cas de montée, prenez les mesures nécessaires : changements d'eau quotidiens, mise en place d'un bulleur, diète et report de la prochaine étape.
De plus, je n'ai personnellement pas testé cette technique mais l'ai déjà conseillée. Cet article est donc l'occasion de l'avoir durablement et permettre à ceux qui le souhaitent de l'appliquer ou simplement d'en discuter.

Publicité


Article réalisé par le , modifié le 09 Juin 2013.

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page