Résoudre les problèmes de température du bac l'été

Citation : Refroidir votre aquarium, faire baisser sa température, ce problème récurant fait parler de lui chaque année, dès que la période estivale pointe son nez.... Si pour bien des aquariophiles, l'appro...

Catégorie de l'article: Bricolage

Refroidir votre aquarium, faire baisser sa température, ce problème récurant fait parler de lui chaque année, dès que la période estivale pointe son nez.... Si pour bien des aquariophiles, l'approche de cette période ne se fait pas sans craintes, sachez qu'il est possible, avec du bon sens et quelques bricolages, de limiter l'apport de chaleur au bac, et même de réduire sa température par rapport à celle de la pièce où il se trouve...

chaleur dans aquarium

Tout d'abord, ce qu'il ne faut jamais faire

  • Ne jamais débrancher le chauffage : Celui ci permet uniquement de chauffer l'eau lorsque la température de votre bac est en dessous de la température régler. En débranchant votre chauffage, vous risquez de voir la température de votre bac chuter de plusieurs degrés lors de nuits fraîches et/ou de courants d'air...

  • Dans la panique, ne jamais verser de l'eau fraîche dans le bac : C'est peut être une solution rapide pour faire baisser de plusieurs degrés la température de l'eau, mais vos poissons risquent de ne pas apprécier du tout...

  • Ne jamais mettre de glaçons directement dans le bac : Le froid en contact des poissons pourrait ne pas leur faire du bien... Et de plus, l'eau de fonte du glaçon va se mélanger à l'eau du bac en libérant un tas de cochonneries.

Ensuite, ce qu'il faut toujours faire

  • Rester calme et réfléchir avant d'agir : De nombreuses bêtises sont dues à la précipitation ! Je le redis encore une fois, en aquariophilie, la variation de n'importe quel paramètre doit être faite le plus lentement possible.

Ce qu'il faut faire pour limiter l'échauffement

Je ne parlerai pas ici des différentes méthodes pour refroidir l'eau, mais plutôt comment limiter son échauffement.

La majeur partie des galeries intègrent des ballasts. Ces ballasts magnétiques pour la plupart dissipent de la chaleur... Beaucoup de chaleur !

Ainsi, un ballast dissipe, en chaleur, environ la moitié de la puissance du tube... Donc pour un tube de 30W, le ballast dissipera 15 W sous forme de chaleur. On peut donc aisément supprimer cet apport inutile en démontant le ballast de la galerie, et en le logeant dans un petit boîtier extérieur au bac.

J'ai d'ailleurs moi-même fait l'expérience, sur un bac de 30 litres avec un tube de 15W et ballast intégré. L'an passé, la température de mon bac était facilement 2 à 3 °C au dessus de la température ambiante... Autant dire que par 30°C dedans, le bac ressemble plus à une soupe !

Cette année, sans le ballast dans la galerie, le bac n'est plus qu'a 1°C au dessus de la température ambiante.. (il fait facilement 32/33 chez moi en fin de journée en plein été)... D'où vient le 1°C restant ? Tout simplement de l'échauffement du tube lui même !

Les tubes classiques T8 ont un rendement de l'ordre de 30%. Ce rendement se dégrade avec le vieillissement. Il est donc primordiale de changer les tubes T8 chaque année...

Nous venons donc de voir comment gagner quelques degrés pour un minimum de sueur et de dépenses.

Il reste tout de même l'inévitable chaleur apportée par le tube... Une seconde astuce consiste donc à éclairer le bac la nuit plutôt que le jour. En effet, la nuit, la température des maisons est plus fraîche que la journée. Avec cette manipulation, la température de l'eau est très voisine de la température ambiante la journée (on gagne ainsi encore 1 petit °C). Il est par contre nécessaire que la pièce où se trouve le bac soit sombre durant la journée pour bien faire respecter le cycle nycthéméral.

Voila, nous avons déjà diminué les apports calorifiques dans le bac. Mais malheureusement, le bac se trouve dans une pièce qui affiche plus de 30°C au thermomètre...
Il est évident que l'eau ne pourra pas descendre en dessous. Pour essayer de diminuer la température de la pièce, veillez à fermer plutôt les volets extérieurs plutôt que les stores intérieurs. En effet, les volets arrêtent la chaleur dehors, tandis que les stores, arrêtent la chaleur dedans. Fermer également les fenêtres, et mettre en route un ventilateur, si possible.

Ce qu'il faut faire pour refroidir un bac

Si après tout cela, la température ambiante reste encore trop chaude, il est inévitable de refroidir le bac...

La première chose avant de refroidir le bac, est de limiter les apports calorifiques. Ceci permettra un refroidissement d'autant plus efficace.

On distingue 2 méthodes pour refroidir un bac : la méthode pro et la méthode "maison".

  • Les méthodes "pros":

Ou plutôt devrais-je dire "la méthode pro". En effet, la seule solution proposée par les pros est le groupe froid. Ces groupes froids fonctionnent de la même façon qu'un frigo. Ils sont donc particulièrement efficaces pour diminuer de plusieurs degrés de grands volumes d'eau.
Les inconvénients d'un tel système (et il y en a plusieurs) sont :

  • le coût exorbitant,
  • l'importante chaleur dégagée par le groupe,
  • la consommation électrique,
  • le bruit qui est comparable à celui d'un réfrigérateur.

Si votre bourse le permet, et que le groupe froid peut-être disposé dans une pièce non habitée (cave, buanderie, balcon), c'est la solution par excellence.

Une autre solution pro, mais qui elle n'est pas spécialisée pour l'aquarium, c'est de climatiser carrément la pièce où se trouve le bac. L'investissement d'une petite clim' portable est comparable à celui d'un groupe froid pour aquarium.

L'avantage, c'est que vos poissons seront au frais, mais vous aussi ! :-)

Il faudra par contre veiller à laisser tourner la clim' même en cas d'absence. Sinon, la température de l'eau va faire le yoyo... Les inconvénients sont ceux équivalents au groupe froid, mis à part la chaleur dégagée; qui, elle, est évacuée dehors plutôt que dans la pièce. La consommation électrique sera par contre plus importante.

  • Les méthodes "maison" :

Je vais décrire ici les méthodes qui fonctionnent toutes seules, sans que l'on ait besoin d'intervenir régulièrement. J'exclus donc la méthode bouteille congelée plongée dans l'eau; qui possède de nombreux inconvénients : dès l'introduction d'une bouteille, l'eau va rapidement descendre en température, puis remonter lentement jusqu'à l'introduction d'une autre bouteille.... Il faut donc pouvoir mettre régulièrement les bouteilles dans le bac, sans quoi la température fait le yoyo. Donc, mettre une bouteille avant de partir au boulot le matin, et puis rien jusqu'au soir, c'est pas terrible du tout. (une variante de la bouteille congelée est expliquée dans la FAQ. Le principe est de refroidir l'air circulant dans la galerie, ce qui est beaucoup moins violent)

Autre inconvénient, mais celui-là est indirect : la consommation électrique ! Hé oui, pour pouvoir congeler toutes ces bouteilles, le congélateur va devoir absorber beaucoup de calories, et donc tourner plus. Cela se ressentira donc sur la facture EDF... Et puis le pauvre congélateur n'est pas prévu pour tourner à un régime pareil.

On peut trouver sur le web différentes bidouilles qui permettent de réutiliser des groupes frigorifiques en tous genres : frigo à bière, glacière électrique, vieux frigo, etc...
Toute ces solutions se rapprochent plus ou moins des solutions pro donc, sans en avoir le coût d'investissement. Les méthodes présentés ont plus ou moins des avantages et inconvénients similaires.

La méthode qui pour moi est la plus efficace et la moins chère est la ventilation sur l'eau !

Cela permet d'augmenter l'évaporation du bac...

Petit rappel : Pour s'évaporer, une molécule d'eau va avoir besoin de beaucoup d'énergie (énergie nécessaire pour modifier la structure atomique de la molécule d'eau, la rendant ainsi de l'état liquide à l'état gazeux). Cette énergie est empruntée au milieu, donc dans notre cas au bac...
L'énergie absorbée par une molécule d'eau pour s'évaporer est environ 6 fois plus importante que l'énergie nécessaire pour chauffer cette même molécule d'eau de 0 à 100°C.

Un simple ventilateur qui souffle sur le bac est donc capable de faire baisser la température de celui-ci de plusieurs degrés en dessous de la température ambiante. Le seul inconvénient, est que l'évaporation est importante. Il faut donc régulièrement faire un appoint en eau osmosée. L'utilisation d'un osmolateur peut être un petit plus. Il faut par contre prévoir une extraction d'air dans la maison pour éviter d'avoir un taux d'humidité trop élevé.

Il ne faudra par contre pas compenser l'évaporation avec de l'eau du robinet... Du moins pour les bacs dont l'eau est douce à neutre.
L'eau évaporée ne contient aucun sels minéraux. Donc si on compense cette évaporation par de l'eau non déminéralisée (osmosée), l'eau du bac va s'équilibrer petit à petit...
Pour les biotopes où l'eau est dure, le complément par eau de conduite peut être possible, en prenant bien soin de vérifier les paramètres. Mais l'eau osmosée reste de loin l'idéal.

Enfin, encore d'autres solutions, mais réservées au habitants de maisons :

  • Enterrer un serpentin à 2 mètres sous terre dans le jardin. A cette profondeur la température est bien plus faible qu'en surface.
  • Ceux qui ont la chance d'avoir un petit ruisseau peuvent utiliser la fraîcheur de celui ci pour refroidir le serpentin...
  • ...

Pour ma part, j'utilise sur mon bac de 30L (voir plus haut) un système à ventilo. Une régulation électronique permet de contrôler le ventilo. La température de l'eau ne monte alors pas plus haut que 27°C. J'ai également fabriqué un petit osmolateur pour compenser l'évaporation... Avec les fortes chaleurs (>30°C), l'évaporation atteint 1/2L par jour.

Ce ne sont donc pas les solutions qui manquent...

Voilà ! Vos poissons peuvent passer un été au frais !

Publicité


Article réalisé par le , modifié le 01 Mars 2005.

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page