Trichogaster trichopterus

Le gourami est un poisson trapu, plat, de forme ovoïde. Il possède une nageoire dorsale courte placé au milieu du dos, et une nageoire anale assez ...

Taxonomy

Classe :
Actinopterygii (Poissons)

Ordre :
Perciformes

Genre espèce :
Trichogaster trichopterus


Famille :

Nom communs et synonymes :

  • Scientifique Gourami bleu

Informations aquariophiles

Type d'eau :
Eau douce

Espace de vie dans l'aquarium :
Surface

Difficulté à maintenir :
Aquariophile amateur

Taille adulte :
Entre 10 et 15 cm

Eau :

Aquarium :

    Taille minimum (L x l x h en cm) : 100 x 40 x 50

    Volume minimal : 200 litres

Sociabilite :

    Comportement : Pacifique avec tous

Description :

Le gourami est un poisson trapu, plat, de forme ovoïde. Il possède une nageoire dorsale courte placé au milieu du dos, et une nageoire anale assez développée. Les nageoires ventrales ont une forme filamenteuse particulière, elles sont longues et dotées de cellules olfactives et gustatives lui permettant une meilleure exploration de son environnement.
La couleur du corps varie entre le bleu et le gris marquée par des zébrures plus ou moins visibles selon son humeur. Il présente aussi, deux point noirs, l’un au milieu du corps, l’autre à la base de la nageoire caudale
Comme la plupart des Bélontiidés, le gourami possède un labyrinthe, sa bouche est orientée vers le haut lui permettant de compenser une respiration branchiale insuffisante en respirant l’air à la surface. Grâce à ce système, notre poisson peut vivre dans des eaux très pauvres en oxygène, il peut cependant mourir par asphyxie sans possibilité d’atteindre la surface.
D'origine Asie du Sud-Est : Malaisie, Viêt-Nam, Birmanie et les grandes îles de la sonde (Java et Sumatra).

Nourriture :

Poisson omnivore très peu exigent, il accepte les nourritures industrielles et les proies vivantes.

Reproduction :

Lorsqu’ils sont matures, les gouramis sont facilement sexables, les males présentent une nageoire dorsale allongée et pointue, tandis qu’elle est arrondie chez les femelles, ces dernières sont un peu plus trapues. Les couples se reproduisent rarement en présence d’autres poissons même de leur espèce. Pour réussir une reproduction, il faut prévoir un bac d’une centaine de litres, sans fond, avec des plantes flottantes et une surface calme. Le bac doit être couverts mais pas complètement afin d’augmenter le taux d’humidité à la surface. L’accouplement peut être provoqué en simulant une période de sécheresse, en augmentant la température de quelques degrés et en abaissant le niveau d’eau (jusqu’à 20 cm). Le male construit alors un nid d’écume peu soigné à la surface en s’aidant des plantes flottantes. Tout en construisant le nid, le mâle pourchasse la femelle et parade pour essayer de la séduire, il arrive souvent que les femelles ne soient pas prêtes à pondre et cela peut finir par un épuisement et une mort certaine due aux poursuites incessantes. Le cas inverse peut aussi être observé, une femelle gravide avec des œufs mures peut harceler un male jusqu’à l’épuisement. Dans ces deux cas, on peut envisager une vitre de séparation, celle-ci sera retirée dès que les deux sujets sont prêt à s’accoupler (le male construit le nid et parade, la femelle répond à ses avances et essaye de le suivre).
Les femelles gourami sont très prolifiques, plus d’un millier d’œufs peuvent être expulsés, à condition d’avoir une femelles pas trop âgée. Les œufs, recouverts d’une mince pellicule de graisse, flottent et sont immédiatement fécondés par le male. La femelle doit être retirée après le frais sou peine d’être brutalisée par le male, ce dernier s’occupera des œufs (qui éclosent au bout de 24 heures) jusqu’à ce que les alevins commencent à quitter le nid. On retire alors le male et on abaisse le niveau d’eau jusqu’à 10cm. Les alevins doivent être nourris plusieurs fois par jour avec des jeunes nauplies d’artémias. On augmente le niveau de l’eau progressivement pendant la croissance, avec d’important changements d’eau (50 %) réguliers. La croissances des jeunes alevins est très irrégulière et dépend de la quantité de la nourriture et de la densité de la population, il faudra donc les trier afin d’éviter le cannibalisme.

Caractère :

Le gourami est un poisson paisible à la nage lente, il reste le plus souvent dans la partie supérieur du bac pour pouvoir respirer de temps à autre. Un bac bien planté de 200 L minimum est recommandé pour maintenir un couple. Il est possible de faire cohabiter plusieurs individus dans des bacs plus grands. Les males sont souvent très agressif entre eux et peuvent même pourchasser les femelles mais avec moins d’ardeur. On peut atténuer l’agressivité des males envers les femelles en optant pour une configuration trio (1 male pour 2 femelles) et en prenant soin de prévoir des cachettes pour les sujets dominés. Il est tout de même conseillé de se contenter d’un seul male.
Il n’y a pas d’incompatibilité particulière avec les autres poissons. Il faut toutefois éviter de le maintenir avec des poissons trop vifs ou agressifs tels que les barbus de sumatra.

Commentaires :

Il existe d’autres formes de gouramis, le gourami marbré « cosby » présente des taches tous le long du corps (photo 2). Le gourami doré « gold » dont la forme a été génétiquement stabilisée est jaune doré comme son nom l’indique (photo 3). Pendant la sélection de la forme dorée, le gourami argenté est apparu, celui-ci est bleu argenté avec des nageoires dorées, cette forme n’est pas stabilisée.
Photos : Album association aquariophilies.org

Photographie :


Trichogaster trichopterus  par


Géographie :

Liens :


Publicité

Retour haut de page