Les actualités du monde aquatique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - pollution

Fil des billets - Fil des commentaires

29 août 2010

Une mer de plastique dans l'océan Atlantique

Une zone stable dans laquelle les déchets sont très concentrés a été mise en évidence par des océanographes américains. Toutefois, il semblerait que depuis plus de 20 ans, la situation n'ait pas empiré. Au moins en apparence.
Les océans abritent de gigantesques poubelles. Depuis les travaux de Charles Moore en 1997, on connaissait l'existence dans l'océan Pacifique d'une vaste région dans laquelle vient s'entasser le plastique.
Les étudiants et chercheurs de la Sea Education Association viennent de mettre en évidence à leur tour l'existence d'un "patch" similaire dans l'Atlantique nord.
Curieusement, ce n'est pas à proximité des côtes que l'on retrouve les plus grandes quantités de plastique, mais en pleine mer, dans ce que l'on appelle une gyre océanique. Dans cette zone formée par un gigantesque enroulement de courants marins, les vents et les courants sont faibles. Les déchets qui arrivent ici ne repartent pas. Ils s'accumulent au fil du temps pour former des «plaques» dans lesquelles on peut retrouver par endroits plusieurs centaines de milliers de déchets au kilomètre carré.

Sources et informations : lefigaro.fr, Forum Association Aquariophilie.org. Photo & texte : lefigaro.fr

24 août 2010

15.000 poissons du Mississippi exterminés par la marée noire

Extrait de l'article 15.000 poissons du Mississippi exterminés par la marée noire ?

"Les poissons ont été trouvés dimanche flottant à la surface de l'eau et ont été récupérés grâce aux barrages flottants qui avaient été déployés pour lutter contre la marée noire, selon le journal de La Nouvelle-Orléans Times-Picayune. "Selon nos estimations, il y a eu des milliers de poissons morts, et je parle d'une fourchette allant de 5.000 à 15.000", a déclaré dans un communiqué Craig Taffaro, président de la paroisse (comté) de St Bernard (Louisiane), cité par le quotidien. "

Sources et informations : LCI, Forum Association Aquariophilie.org. Photo & texte :LCI

31 juil. 2010

Protestation des Indiens brésiliens contre les barrages

Les Indiens Enawene Nawe du Brésil manifestent contre une série de barrages hydroélectriques qui menacent de détruire leurs ressources en poissons.
Trois cents Indiens armés d’arcs et de flèches se sont réunis dans la ville de Sapezal, dans l’Etat amazonien du Mato Grosso, pour protester contre le projet hydrolélectrique.
Contrairement à la plupart des tribus amazoniennes, les Enawene Nawe ne consomment pas de viande, le poisson constituant la part essentielle de leur alimentation.
Cette année comme l’an dernier, les Enawene Nawe n’ont presque pas capturé de poissons, une catastrophe pour les Indiens qui dépendent principalement de cette source de protéines.

Sources et informations : Survival, Aqualifestyle-France, Forum Association Aquariophilie.org. Photo & texte : Survival.

11 juil. 2010

Les marées noires oubliées du delta du Niger

Depuis cinquante ans et dans le plus grand silence, le pétrole brut se déverse en flots continus et pollue cette région. En comparaison, la catastrophe du golfe du Mexique semble surmédiatisée.
Parmi les centaines d'oléoducs vieux de quarante ans et rongés par la rouille qui ont envahi le delta du Niger, il y en a un qui a déversé du brut pendant des mois.  Forêts et terres agricoles ont alors été recouvertes d'une couche brillante de liquide huileux. Les puits d'eau potable ont été pollués.
C'est la capitale mondiale de la pollution pétrolière. L'espérance de vie dans ses communautés rurales, dont la moitié n'a pas accès à l'eau potable, est tombée à 40 ans à peine depuis deux générations.
"On constate plus de 300 marées noires de toutes tailles chaque année", s'indigne Nnimo Bassey. "Au Nigeria, l'Etat et les pétroliers en sont arrivés à considérer un niveau extraordinairement élevé de pollution comme la norme".

Sources et informations : notre-planete.info, Courrier international, l'Express, Forum Association Aquariophilie.org. Photo REUTERS/Austin Ekeinde, texte Courrier international

2 juil. 2010

Produits chimiques dangereux interdits en Méditerranée en 2019

Afin de limiter leur impact sur l'environnement marin et les côtes de la Méditerranée, les produits chimiques dangereux provenant de l'agriculture ou de l'industrie devront être abandonnés progressivement d'ici 2019.

Ces mesures obligatoire visant à éliminer progressivement l'utilisation de produits chimiques dangereux sont entrées en vigueur ce mercredi, en vertu de la Convention de Barcelone et du Plan d'action méditerranéen (PAM). Les produits chimiques visés comprennent ceux que l'on retrouve dans les eaux usées, une série de polluants organiques persistants utilisés comme pesticides (aldrine, chlordane, dieldrine, endrine, heptachlore, mirex, toxaphène), de même que le DDT et tous ses stocks.

Sources et informations : Actualites News Environnement, PNUE, Forum Association Aquariophilie.org. Photo Wikipedia, Texte : unep.org

15 juin 2010

L'herbe d’aquarium envahit la Rance

L'opération de faucardage (fauchage) de l'algue égeria densa dans le canal a duré une semaine. Les pêcheurs et bateaux vont pouvoir retrouver leur place.

Depuis une semaine, un drôle de bateau navigue sur le canal en amont et en aval de l'écluse de la Roche. " Cet engin est adapté au faucardage (fauchage) des plantes d'eau douce envahissante. C'est le cas de l'égéria densa qui prolifère dans la Rance " explique Alice Demillac, technicienne de l'ICIRMON (Institut du Canal d'Ille et Rance Manche Océan Nord).

L'algue égeria densa est sans doute arrivée par la négligence de particuliers qui auraient vidé leurs aquariums dans la Rance. En effet cette algue est avant tout vendue pour les aquariums. Les conséquences sont importantes pour les bateaux dont les hélices se coincent dans algues comme pour les pêcheurs qui voient la flore locale étouffée par l’intrue.

Sources et informations : Ouest france, Forum Association Aquariophilie.org. Photo & texte : Ouest france.

5 avr. 2010

La Grande Barrière de corail menacée

Les autorités australiennes tentent ce lundi de stabiliser un navire chinois transportant 65.000 tonnes de charbon échoué près de la Grande Barrière de corail.
C'est l'un des sites naturels les plus spectaculaires de la planète. Classée au patrimoine mondial, la Grande Barrière de corail est aujourd'hui menacée. Le nom du coupable ? Le Shen Neng 1, un navire chinois transportant 65.000 tonnes de charbon qui a heurté un écueil samedi à 70 kilomètres au large de la côte de l'Etat du Queensland provoquant la rupture d'un réservoir de carburant et la formation d'une nappe d'environ 3 kilomètres.

Sources et informations : lefigaro.fr, Europe 1, Forum Association Aquariophilie.org. Texte lefigaro.fr, photo : AFP.

5 oct. 2009

Projet de reboisement le long du lac Tanganyika

Le ministre de l’Agriculture du gouvernement central (RDC), a installé vendredi, à Kalemie, au Nord-Katanga, le bureau de l’Unité de coordination du lac Tanganyika. Il s’agit d’un projet international, visant la protection de ce lac et la promotion des territoires riverains.
Selon les estimations, environs 10 millions de personnes riveraines dépendent dans leur vécu quotidien des produits du lac Tanganyika. Et au nombre des problèmes à résoudre, il était question de faire face à la surexploitation des ressources halieutiques du lac et à la pollution.
La plus grande part de la biomasse se situe dans la zone pélagique et est dominée par six espèces: deux espèces de sardines du Tanganyika et quatre espèces de Lates. La quasi-totalité des espèces de cichlidés est endémique et plusieurs sont appréciées comme poissons d'aquarium. Enfin, le lac Tanganyika est aussi connu pour la limpidité exceptionnelle de ses eaux, celles-ci permettant une visibilité atteignant les 25 mètres.

Sources et informations : RadioOkapi, mediacongo.net, Forum Association Aquariophilie.org. Photo et texte Radio Okapi.

19 mar. 2009

Un poisson-robot pour traquer la pollution

Une carpe aussi fluorescente qu’un appât de pêche : c’est le modèle de poisson-robot sur lequel travaillent des scientifiques britanniques de l'Université d'Essex. Cinq prototypes de ce type doivent être mis à l’eau dans un port espagnol dans le cadre d’un projet de l’Union européenne. Leur rôle : traquer la pollution.
Les poissons-robots seront en effet équipés de détecteurs chimiques pouvant identifier des sources de pollutions, comme les fuites de carburant provenant de navires ou les produits chimiques dilués dans l'eau.
En banc, les poissons communiqueront entre eux par wifi. Leur particularité, c’est qu’ils auront la capacité de se déplacer de façon autonome, en ondulant grâce à des moteurs internes.

Sources et informations : Europe 1.fr, University of Essex, Forum Association Aquariophilie.org. Photo : University of Essex. Colchester Campus.