Les actualités du monde aquatique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - récifs

Fil des billets - Fil des commentaires

7 sept. 2010

Sites inscrits : îles Phoenix et Papahanaumokuakea

En 2010, cinq sites naturels ont été ajoutés au Patrimoine mondial : les deux derniers sont l'Aire protégée des îles Phoenix et Papahānaumokuākea.

Papahanaumokuakea est le nom d'un vaste groupe linéaire et isolé de petites îles et atolls à faible altitude (océan autour compris) situées à près de 250 km au nord-ouest du principal archipel hawaiien et qui s'étendent sur environ 1931 km.
Le site possède une signification cosmologique pour les natifs hawaiiens, en tant qu'environnement ancestral, incarnation du concept de parenté entre les hommes et le monde naturel, berceau de la vie et terre d'accueil des esprits après la mort.
Sur deux des îles, Nihoa et Makumanamana, on trouve des vestiges archéologiques relatifs au peuplement et à l'occupation des sols à l'époque pré-européenne.

C'est aussi une zone d'habitats pélagiques et d'eaux profondes avec des caractéristiques remarquables telles que des monts sous-marins et des bancs submergés, de vastes récifs coralliens et des lagons. Il s'agit de l'une des aires marines protégées les plus vastes du monde.

Sources et informations : UNESCO, Forum Association Aquariophilie.org. Photo et texte : UNESCO.

4 juil. 2009

Aventures en Papouasie à la recherche de nouveaux poissons arc-en-ciel

MANOKWARI, Indonésie - L'expédition scientifique a tourné à l'aventure pour des chercheurs français et indonésiens partis à la découverte de nouvelles espèces de poissons arc-en-ciel dans "l'enfer vert" de la Papouasie, l'une des zones les plus sauvages du monde.
"Notre expédition a été jalonnée d'obstacles. Et ce ne sont pas les crocodiles qui nous ont donné le plus de fil à retordre!", a résumé Laurent Pouyaud, à l'issue des cinq semaines de mission.
Mais, dans cette région extrêmement isolée, toute arrivée impromptue d'étrangers provoque la méfiance. "Nous avons suscité une levée de boucliers dans un village dont les habitants se demandaient ce que nous faisions là. Je pense qu'ils avaient peur que l'on découvre leurs activités illégales de dynamitage des récifs coralliens", témoigne Amos, le guide papou du Service des Pêches de Manokwari, qui accompagnait les chercheurs.
Sources et informations : lexpress.fr, AFP, Forum Association Aquariophilie.org. Copyright © 2009 AFP. Photo AFP/Str