Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Elever et maintenir une souche sauvage : la sélection "par le bas"

graphisme-espece-menacee.jpgComment élever et maintenir à long terme une espèce sauvage ?

Présentation du principe et du mode opératoire de la sélection "par le bas". 

Un des buts de l'élevage de sauvages en aquariophilie, hormis l'observation de poissons aux mœurs très spécifiques, est avant tout de conserver une souche dans le meilleur état le plus longtemps possible.

Pour ce faire, il est recommandé d'opérer une sélection par "le bas".

Cette méthode de sélection a été mise à l'honneur et développée dans un premier temps par les viviparistes, puis s'est généralisée à la maintenance des autres "sauvages" présents au sein de nos aquariums.

Elle s'oppose à la sélection classique, dite par "le haut" qui consiste à ne conserver pour la reproduction, que les individus qui présentent le profil souhaité, et qui a donné naissance à de nombreuses variétés domestiques de poissons que nous connaissons actuellement.

Pour sa part, la sélection par "le bas" consiste à conserver le type originel et les qualités originelles d'une espèce, tout en maintenant le meilleur matériel génétique possible.

Il faut procéder en éliminant uniquement les poissons possédant des malformations. Le but de cette sélection n'est pas de conserver les plus beaux poissons mais d'enlever du groupe de reproduction ceux qui montrent une trop forte consanguinité. Le maintien d'une souche sauvage nécessite de conserver le maximum de la variabilité génétique pour coller à la Nature.

Par exemple, il est normal que dans une espèce, des mâles soient plus ou moins grands, avec des nageoires plus ou moins développées et une couleur plus ou moins intense. Chez les betta sp mahachai par exemple, certains sujets sont à dominante bleue, d'autres verte, et enfin d'autres se situent entre ces deux couleurs : c'est normal.

Le but de la maintenance de ces espèces ne doit pas être de ne conserver que les plus gros mâles avec des nageoires immenses et une couleur intense et homogène, vous dénatureriez votre souche.

Pour respecter ce premier principe de "sélection par le bas" dans la maintenance des espèces sauvages, il vous faudra donc utiliser un maximum de poissons pour la reproduction.

Le deuxième principe sera donc, pour la grande majorité des espèces, de maintenir un groupe de reproduction, ce qui signifie qu'il faut garder une petite dizaine au moins de reproducteurs: trois mâles, si l'agressivité de l'espèce le permet, et au moins cinq à six femelles en adaptant la maintenance au comportement et aux mœurs de l'espèce maintenue.

Et ensuite ? et bien laissez faire la nature et privilégier une maintenance en colonie, si vos poissons le permettent...

Si vos poissons rencontraient quelque difficulté dans l'élevage de leurs jeunes et que vous êtes obligé de prélever les jeunes ;  ne prélevez que quelques alevins à chaque ponte afin de "panacher" la génération montante et d'offrir la possibilité à chacun des reproducteurs d'apporter sa contribution à la diversité de votre souche. Une fois que les jeunes seront suffisamment grands pour ne plus être la proie de l'appétit de leurs parents, remettez les dans le bac avec eux. Ils devraient s'habituer à voir de jeunes poissons de tailles diverses autour d'eux, et devenir moins agressifs vis à vis d'eux. Selon l'espèce, on peut espérer que les reproducteurs n'auront plus besoin de votre intervention et de votre aide au bout de quelques transferts, et finiront par se débrouiller.

En bref, afin de maintenir convenablement votre souche, il vous faut un bac suffisamment grand pour accueillir la colonie (adultes reproducteurs et une dizaine à une trentaine de jeunes). Le volume du bac dépendant de l'espèce maintenue.

Ce bac pourra être planté ou non selon votre goût, il devra surtout être bien filtré, avec des changements d'eau toutes les semaines pour éviter tout risque de pollution.

Un dernier principe, est de privilégier une maintenance spécifique pour éviter toute concurrence et toute hybridation, et afin de mieux repérer tout facteur affectant de façon négative votre souche.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le 19 juillet, 2010, 22:13 par Niihao

Nihao, Pecky,

Voilà justement le genre d'article que je cherchais depuis un certain temps. En fait, si je dois un jour me mettre à élever une race de poisson, c'est de cette manière que je voudrais procéder : en conservant au mieux la souche naturelle. En tous cas, je me souviendrai de la piste que tu lances...

A bientôt,

Niihao

Évaluer ce commentaire

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0