Lac Victoria

Citation : Historique et géographie :Le Lac Victoria a été découvert en 1858 par l'explorateur John Speeke . Il fût nommé ainsi en honneur à la reine Victoria. D'après les spécialistes, on estime que le lac a...

Catégorie de l'article: biotope

Historique et géographie :
Le Lac Victoria a été découvert en 1858 par l'explorateur John Speeke . Il fût nommé ainsi en honneur à la reine Victoria. D'après les spécialistes, on estime que le lac aurait entre 750000 et 500000 ans. Le lac est bordé par 3 pays : l'Ouganda au nord, le Kenya à l'est et la Tanzanie pour la moitié sud. Il est le plus étendu des lacs africains ; il est en forme de " cuvette " avec 400 Km de long du nord au sud et plus de 320 Km de l'est l'ouest. Il présente la particularité de n'être pas si profond que cela la profondeur d'eau moyenne est de 40 mètres et de 93 mètres au maximum (en Comparaison, le Tanganyika à une profondeur maximum de 1470 mètres). Les pH y sont alcalin (7,8 à 9 en surface et de 6,9 à 8,5 en profondeur), l'eau y est très douce (entre 2° GH et 8° GH). La température varie entre 21°C (saison sèche) et 27°C (saison humide). La conductivité se situe entre 98 et 145 µS/cm


La clarté de l'eau du lac est bien différente de deux autres grands lacs d'Afrique de l'est à savoir le lac Tanganyika et le lac Malawi. La visibilité a été mesurée à 8 mètres en 1929, environ 1 mètre en 1990 et dernièrement, en 1999, à 15 cm. La visibilité est plus importante au large.



Ceci peut s'expliquer par plusieurs faits :

- Le déboisement des rives qui a comme résultat, lors des chutes de pluie, de déverser de la boue dans le lac.

- L'activité humaine en bord de lac créant de la pollution.

- Le renouvellement complet de l'eau dure environ 30 jours (ce qui est fort peu). Il en résulte un brassage important troublant l'eau.

- La pollution entraîne une croissance importante de plantes aquatiques comme les jacinthes d'eau (parfois étendues sur des Km²) ou d'algues unicellulaires qui empêchent la lumière de traverser.



Une catastrophe nommée perche du Nil (Lates niloticus ) :

Dans les années cinquante, un poisson a été introduit dans le lac afin de permettre la pêche sportive. Malheureusement, il s'agit d'un terrible prédateur (la perche du Nil pèse une cinquantaine de kg en moyenne mais certains individus peuvent atteindre le poids de 100 kg) qui, plus est, se reproduit à vitesse grand " V ". Une majorité d'espèce de cichlidés furent victimes de ce terrible prédateur, principalement les espèces pélagiques. Les espèces pétricoles ont eu un peu plus de chance ; les rochers leur procurant de multiples cachettes mais au final, ce fut une véritable hécatombe et de très (trop ?) nombreuses espèces sont actuellement en voie de disparition voir déjà complètement disparues.
Un chiffre pourrait résumer cela : il y a cinquante ans, les cichlidés représentaient 99% des captures ; en 2005, ils ne représentent plus ... qu' 1%.

Aujourd'hui, la perche du Nil représente 80% de la faune piscicole du lac.



Le lac Victoria et l'économie locale ...

Tous deux sont fortement liés. L'économie locale dépend principalement de l'activité pêchière du lac. Suite à l'introduction de la perche du Nil et la colonisation massive de ce poisson dans cet écosystème, une économie locale de pêche s'est créée sur les rives du lac. Dans les années quatre-vingt, une forte demande en poissons est venue d'Europe faisant monter le prix du poisson. La pêche locale a cédé sa place à la pêche industrielle. Les barques des pêcheurs et les productions locales (ventes par les villageois) ont été remplacées par les bateaux à moteurs et les industries (largement subventionnées par l'Union européenne). Chaque jour, ce sont près de 500 tonnes de filet de perches du Nil qui sont exportées par avion cargo vers l'Asie et l'Europe.

Ce remplacement d'une économie locale par une économie mondialisée est explicitement décrite dans le reportage documentaire de Hubert Sauper " Le cauchemar de Darwin ". Il s'agit d'un document surprenant et ouvertement opposé à la mondialisation. Le documentaire, sans le dire ouvertement, insinue que les avions ne reviennent pas forcement vide des pays de l'Est mais que ces derniers pourraient contenir des armes qui serviraient à la guerre dans la région des grands lacs. Un film à voir absolument ne fut-ce que pour ce rendre compte du fossé de plus en plus grand au niveau de la population suite à cette démesure industrielle.


Cliquez pour voir la bande annonce sur Allociné.com :




Les poissons du lac Victoria

On trouve dans le lac Victoria, bon nombre d'espèces dont une majorité de cichlidés. Les premiers essais taxonomiques datent de 1922, l'ichtyologue Regan dénombrait une cinquantaine d'espèces. Plus tard, en 1980, Greenwood en répertoriait une centaine. Actuellement, on estime qu'il y aurait environ 400 espèces dans le lac dont seulement 200 seraient décrites.

Parmi ces espèces, on trouve :

Les piscivores dont la base alimentaire est constituée de poissons. Ils sont classés selon les proies attaquées. :

- Les piscivores au sens large (Principalement des espèces pélagiques qui s'attaquent à des poissons, des juvéniles ou encore des alevins).

- Les pédophages (les espèces qui volent les œufs déposés par la femelle et les espèces qui volent les œufs, alevins et embryons directement dans la bouche des femelles en incubation buccale).
- Les mangeurs d'écailles (se nourrissent majoritairement des parasites trouvés sur la peau des poissons).

Les malacophages dont la base alimentaire est constituée de mollusques, gastéropodes et autres bivalves. Ils sont classés selon la technique de capture :

- Les malacophages broyeurs (broyeurs de coquilles).
- Les malacophages gobeurs (gobent leurs proies)


Les insectivores dont la base alimentaire est constituée d'insectes

Les mangeurs de crabes dont la base alimentaire est constituée de crabes. " Haplochromis " Howesi est la seule espèce recensée. Espèces vivant entre 1 et 3 mètres de profondeur.

Les mangeurs de crevettes dont la base alimentaire sont constitués de crevettes diverses et de zooplanctons. Ces espèces semblent être totalement disparues du lac suite à l'introduction de la perche du Nil. Ces espèces occupaient la colonne d'eau entre 6 et 30 mètres de profondeur.

Les zooplanctophages dont la base alimentaire est à base de larves d'insectes et de copépodes selon les moments de la journée. Les espèces pélagiques semblent, tout comme les " mangeurs de crevettes " être disparus suite à l'introduction de la perche du Nil. Espèces évoluant sur les fonds vaseux entre 4 et 5 mètres de profondeur

Les détritivores-phytoplanctonophagedont la base alimentaire est composée de déchets trouvés dans la vase et de phytoplancton. Espèces trouvées sur les fonds vaseux entre 2 mètres et 30 mètres de profondeur.

Les phytophages : dont la base alimentaire est composée de diatomées, algues bleues et vertes. Espèces (3 espèces recensées) évoluant dans la colonne d'eau entre 4 et 20 mètres.

Les racleurs d'algues dont la base alimentaire sont composés d'algues.

- Les brouteurs d'algues épilithiques : mangent les algues se trouvant sur les rochers.
- Les brouteurs d'algues épiphytiques : mangent les algues se développant sur les plantes.

Les mangeurs de plantes : dont la base alimentaire se compose de plantes.

Deux espèces ont été décrites à ce jour (" Haplochromis " acidens et " Haplochromis " phytophagus ) et sont trouvées au nord du lac. Elles se nourrissent de tissus de plantes à racines ainsi que de diatomées et d'algues trouvées sur ces mêmes plantes.

L'aquarium de type victoria :

L'aquarium :
Les espèces de ce lac sont relativement territoriales. Il est possible de maintenir des cichlidés de ce lac dans des bacs de faibles volumes (très peu d'espèces) mais c'est dans des bacs plus grands (et dotés d'une belle surface au sol) que ces poissons seront le mieux.

Les paramètres :
Les paramètres d'eau devront être les plus proches possibles de ceux du milieu naturel soit :

pH entre 7 et 9 (selon les espèces)
eau douce (entre 2° et 8°GH)
taux de nitrates le plus bas possible
Température vers 25°C
Conductivité entre 98 et 145 µS/cm


La filtration :
Entre 3 et 5 fois le volume du bac par heure. Une bonne oxygénation de l'eau est également nécessaire

L'éclairage :
L'éclairage n'est pas des plus important si l'on place des plantes (pas trop tendres) au faibles besoin en lumière (anubias , microsorium , crinium , etc.). Un tube de type daylight peut parfaitement convenir

La décoration :
Le sol devrait être recouvert de sable de couleur foncé afin de ne pas stresser les poissons et permettant de mettre, également, leur couleurs en valeur.
Des racines peuvent être introduites ainsi que des rochers si vous maintenez des espèces vivant dans les rochers. Dans le lac Victoria, se trouvent des roches de divers types donc lors de l'aménagement, veillez à placer des roches diverses dans le bac.


La nourriture :
Avant toute chose, il convient de respecter les régimes alimentaires des poissons. Ces derniers sont assez diversifier et il vaut mieux les respecter afin d'éviter un maximum de problèmes. Un mélange de crevettes et de légumes comme des épinards, salade, petit poix convient pour une majorité d'espèces.

Exemples de populations :
Voici quelques exemples de populations pour des aquariums aux dimensions standard. Toutes ces espèces ne sont pas disponibles en commerce (fort peu d'ailleurs). Certaines sont extrêmement rares et pour s'en procurer, il faut chercher chez les passionnés du lac

Aquarium de 120 litres
-Un trio de Haplochromis sp "flameback "
Ou
-Un trio de Haplochromis . Nuchisquamulatus

Aquarium de 240 litres
- un trio d'Haplochromis sp "red back scraper + un trio de Haplochromis sp "flameback "
ou
- un trio d'Haplochromis sp "red back scraper + un trio de Haplochromis . Nuchisquamulatus


Aquarium de 450 litres :
Un quatuor d'Haplochromis nubilus
Un quatuor d'Haplochromis "thick skin"
Un quatuor de Haplochromis ."rockkribensis "
Un quatuor de Pundamilia du complexe Nyererei
Un quatuor d'Haplochromis sp "emerald fire " ou un quatuor de Haplochromis .Chilotes


Aquarium de 600 litres :
Un quatuor de Neochromis nigricans
Un quatuor de N. greenwoodi
Un quatuor de H. rockkribensis
Un quatuor de Pundamilia du complexe nyererei

Ou

Un quatuor de H. sp "matumbi hunter"
Un quatuor de Haplochromis ishmaeli
Un quatuor d'Haplochromis nubilus

Sources :

Voilà les photos avec accord de Sylvain Dubreuil :

Haplochromis sp. "crimsontide "



Astatotilapia latifasciata


Haplochromis hippo point salmon


Neochromis rufocaudalis


Astatoreochromis alluaudi



Publicité


Article réalisé par le , modifié le 17 Août 2008.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :

Les articles publiés engagent leurs auteurs, l'Association Aquariophilie.org n'est pas responsable de leur contenu.
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons : © BY-NC-SA

Retour haut de page